Faire le tour du lac Saint-Jean sur une seule roue pour venir en aide à un enfant malade. Voilà le défi que vient de relever Pierre-Olivier Hudon pour offrir un bras robotisé à Vincent Gervais, un jeune de 17 ans qu'il n'a jamais rencontré.

Pierre-Olivier Hudon de Trois-Rivières a pédalé sur une seule roue les 256 km autour du Piekouagami en 48 h.

Ce défi lui a permis d'amasser des fonds pour la campagne de financement du jeune Vincent Gervais, atteint de la Dystrophie musculaire de Duchenne.

« Je fais ce défi-là pour Vincent Gervais, qui est en attente d’un bras robotisé. Il a 17 ans et avec le bras il va pouvoir accomplir des tâches qu’il accomplissait auparavant, parce qu’avec sa maladie dégénérative ça lui enlève tranquillement de la mobilité », explique-t-il.

Une fois qu'il aura son bras robotisé, Vincent entend bien donner au suivant.

« Plus tard j'aimerais ça faire du dessin industriel pour adapter des trucs, inventer des trucs pour le monde en fauteuil roulant », affirme le jeune Vincent Gervais.

Ce n'est pas la première fois que le monocycliste de 25 ans effectue un trajet au profit de la Fondation Le pont vers l'autonomie qui aide à financer les bras robotisés. Il a déjà fait le tour de la Gaspésie et s'est rendu de Trois-Rivières à Philadelphie sur son vélo à une roue.

Il s'agissait toutefois de son premier tour du lac Saint-Jean et avoue avoir sous-estimé le dénivelé du circuit.

« Comme en vélo quand on monte une côte on force beaucoup des jambes, mais quand on descend une côte, faut se ralentir avec nos jambes, donc c'est exigeant de descendre une côte on ne peut pas se laisser aller comme ça », précise Pierre-Olivier Hudon.

Deux de ses comparses étaient là pour immortaliser son exploit en vue de produire un documentaire, mais surtout pour épauler leur ami.

« C'est vraiment dur de faire de la distance en monocycle parce que tu n’as pas le choix de pédaler tous les tours de roue. Tu n’as pas une roue libre comme un vélo que tu peux juste te laisser descendre dans les côtes, les côtes descendantes sont aussi dures que celles qui montent », explique son ami Simon Beaumier.

Celui qui se rend au travail été comme hiver sur son monocycle entend maintenant réaliser la traversée du Canada sur une seule roue. Un projet qui devrait se concrétiser d'ici deux ans.

D'après le reportage de Priscilla Plamondon Lalancette

Plus d'articles