Retour

Fête de l’amour : les organisateurs ne s’opposeront pas au diocèse de Chicoutimi

Les deux prêtres de la paroisse Sainte-Anne qui ont organisé la fête de l'amour en avril dernier n'ont pas l'intention de s'opposer à l'évêché qui a condamné cette cérémonie.

Un texte de Chantale Desbiens

La célébration regroupait des couples mariés devant l'Église, mais aussi les conjoints mariés civilement, les conjoints de fait, ainsi que les conjoints de même sexe.

L'évêque du diocèse de Chicoutimi, André Rivest, a réagi à la célébration en rappelant que ni l'Église ni le pape François ne sont d'accord avec le mariage entre conjoints de même sexe. Mgr Rivest a affirmé que la fête « ne serait pas répétée à moins qu'ils me désobéissent ».

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo, l'un des organisateurs, l'abbé Gérald Linteau, a dit comprendre la position de l'évêché. « Je comprends M. Rivest, l'Église, souvent, c'est comme un parti politique. Il y a une ligne de parti, a-t-il mentionné. Mgr Rivest, s'il ne fait pas ça, il va se faire taper sur les doigts, ce n'est pas nous autres. Comme évêque, responsable, répondant de l'Église pour le diocèse, il a fait ce qu'il devait faire. »

L'abbé Linteau va rencontrer l'évêque du diocèse de Chicoutimi. Il espère trouver un compromis pour répéter la fête de l'amour l'an prochain.

« On pourra regarder d'autres scénarios. Si on fait ça le 14 février, c'est la fête des amoureux, j'espère que personne ne va être contre ça, affirme Gérald Linteau. Si l'église n'est pas permise, est-ce qu'on peut faire ça dans une salle où les gens qui veulent venir fêter leur amour pourraient venir? »

Le prêtre croit aussi que l'admission des couples homosexuels à la fête de l'amour organisée dans la paroisse Sainte-Anne est l'élément qui a causé du mécontentement.

« J'ai l'impression que quand on arrive à des endroits qui s'appellent la sexualité, on dirait que la religion, là-dessus, a un blocage, souligne Gérald Linteau. J'ai l'impression que c'est un grand tabou. L'Église mériterait d'appeler le Seigneur pour être délivrée. Je pense que pour eux, c'est diabolique. On dirait que la sexualité, c'est diabolique. »

Voici un extrait de l'entrevue de l'abbé Gérald Linteau à l'émission Café, boulot, Dodo :

Peu d'appui pour le diocèse de Chicoutimi

La position du diocèse de Chicoutimi sur la célébration de la fête de l'amour a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

Les internautes applaudissent majoritairement les organisateurs de la fête de l'amour pour leur initiative et espèrent qu'ils vont répéter la célébration l'an prochain. Ils invitent également le diocèse à faire preuve de plus d'ouverture.

Voici quelques commentaires recueillis sur la page Facebook d'ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine