Retour

Fibrek comparait au palais de justice de Roberval

Fibrek doit répondre à trois accusations au palais de justice de Roberval parce qu'elle aurait rejeté une substance nocive dans les rivières Mistassini et Ashuapmushuan. La compagnie aurait aussi omis d'en faire mention à un inspecteur fédéral.

Les événements se sont produits de janvier 2012 à octobre 2013. L'usine de pâte kraft de Saint-Félicien, qui appartenait à Fibrek, est passée aux mains de Produits forestiers Résolu pendant cette période,

L'usine de Saint-Félicien aurait contrevenu à la Loi sur les pêches. Les rivières Mistassini et Ashuapmushuan sont considérées riches en poissons.

Le représentant du Directeur des poursuites pénales du Canada, Carol Girard, explique que la défense a demandé un délai pour analyser la vingtaine de boîtes déposées en preuve.

« La preuve est volumineuse, dit-il. Me Immer ce matin, qui représente la compagnie Fibrek, nous a informés qu'il y avait plusieurs caisses à étudier. »

Le dépôt des accusations est le résultat d'une perquisition menée par Environnement Canada et la Gendarmerie royale du Canada à l'usine de pâte kraft l'an dernier.

Ni Fibrek ni PFR, dont l'avocat était présent au palais de justice de Roberval, n'ont voulu commenter le dossier. Les procédures judiciaires se poursuivent le 22 décembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine