Retour

Gilles Courteau défend l’usage de l’anglais dans la LHJMQ

Le commissaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Gilles Courteau, défend la règle qui veut que l'anglais soit la langue d'usage entre les joueurs et les entraîneurs.

Mardi, le professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Michel Roche, critiquait cet usage de l’anglais dans le vestiaire et sur la glace des Saguenéens de Chicoutimi. Il a refusé d’apprendre l’anglais à un jeune joueur russe à la demande de l’équipe, expliquant qu’il y voyait un recul considérable 40 ans après la Charte de la langue française.

Gilles Courteau affirme plutôt que cette façon de faire prépare les hockeyeurs à leur éventuel passage dans les circuits professionnels de hockey où tout se passe en anglais, en Amérique du Nord comme en Europe.

D’ailleurs, M. Courteau ajoute que c'est à la demande de la Ligue nationale de hockey (LNH) que cette règle a été mise en place.

« Lorsqu’on a discuté, il y a plus de quinze ans, avec la Ligue nationale de hockey pour la venue des joueurs européens, la LNH avait deux objectifs, explique le commissaire. C’était premièrement d’amener les joueurs européens à évoluer en Amérique du Nord, de leur permettre une intégration au hockey qui se joue en Amérique du Nord, et deuxièmement, de leur permettre de pouvoir se familiariser avec l’anglais. »

Gilles Courteau assure que la LHJMQ offre aussi des cours de français aux joueurs anglophones et allophones qui évoluent au Québec.

Plus d'articles

Commentaires