Retour

Greenpeace tente de rallier des maisons d’édition et des auteurs contre Résolu

Greenpeace tente de convaincre de grandes maisons d'édition et des auteurs de faire pression sur Produits forestiers Résolu (PFR) pour que l'entreprise abandonne les poursuites en diffamation contre l'organisme.

Cette semaine, des représentants du groupe environnemental participeront au salon du livre Book Expo de New York pour rallier des auteurs et d’autres maisons d’édition à leur cause. Déjà, une centaine d’écrivains ont donné leur appui, dont Yan Martel Margaret Atwood et Naomi Klein.

Cette démarche de Greenpeace survient au moment où Résolu poursuit l’organisme en diffamation pour plus de 300 millions de dollars aux États-Unis et en Ontario. Ces démarches judiciaires découlent des critiques de Greenpeace à propos des pratiques forestières de la compagnie dans la forêt boréale.

Le groupe environnemental considère qu’il s’agit d’une attaque à la liberté d’expression et incite les auteurs et les maisons d’édition à signer un manifeste pour dénoncer la situation.

« La protection de la forêt, c’est un bien commun, c’est quelque chose qui touche tout le monde, toutes les communautés, et on devrait avoir ces discussions sur la place publique et non en cour », mentionne le porte-parole de Greenpeace, Olivier Kolmel.

Résolu réagit

Le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, se désole de cette dernière action de Greepeace. La compagnie tient l’organisme responsable de la perte d’importants contrats. M. Blackburn rappelle que les pratiques forestières de l'entreprise seraient parmi les plus rigoureuses au monde.

« Malheureusement, Greenpeace, pour des raisons qui leur sont propres, continue de faire des campagnes de pression, du chantage, auprès des clients qui s’approvisionnent dans les forêts comme la forêt boréale », déplore Karl Blackburn.

Plus d'articles

Commentaires