Retour

Greg Van Avermaet gagne le Paris-Roubaix, Antoine Duchesne victime d'une chute

Le champion olympique en titre, le Belge Greg Van Avermaet (BMC), a remporté dimanche la 115e édition du Paris-Roubaix, la « reine des classiques » cyclistes, courue sous la chaleur et dans la poussière.

Van Avermaet a devancé le Tchèque Zdenek Stybar et le Néerlandais Sebastian Langeveld dans un sprint à cinq coureurs, au terme des 257 kilomètres.

Le Belge Tom Boonen, qui visait un cinquième succès pour devenir le seul détenteur du record des victoires, a pris la 13e place de sa dernière course.

Le Canadien Antoine Duchesne a été victime d’une chute et n’a pas pu finir la course.

« J’ai fait une crevaison au secteur 22. Je venais de rejoindre le premier groupe et j’étais la deuxième auto derrière le peloton. Il y a une voiture d’équipe qui a remonté et essayé de rentrer même si c’était serré dans la ligne de voitures. Elle n’a pas fait attention et ne m’a pas vue. Ç’a freiné devant, je n’ai pas eu d’espace et je suis rentré dedans à 50 km/h.

« J’ai essayé de l’éviter, mais j’ai été projeté dans l’aile gauche et j’ai fini en explosant dans le cutter le ventre enroulé dans un poteau.

« Je suis ouvert de partout. Je vais avoir besoin d’une dizaine de points de suture sur le bras droit, j’ai ouvert ma lèvre, j’ai le dos, les deux coudes et les deux genoux tout arrachés et probablement une côte de cassée », a expliqué Duchesne en route vers l’hôpital dans une entrevue avec Sportcom.

Le champion du monde, le Slovaque Peter Sagan, a été retardé à deux reprises par des crevaisons alors qu'il se lançait à l'offensive, la première fois à... 78 kilomètres de l'arrivée.

Derrière le trio de tête, le Belge Jasper Stuyven s'est classé quatrième devant un autre espoir, l'Italien Gianni Moscon.

Le Français Arnaud Démare a réglé le sprint pour la sixième place devant l'Allemand André Greipel.

Van Avermaet, qui est âgé de 31 ans, a enlevé pour la première fois de sa carrière un « monument », le surnom des grandes classiques d'un jour. Mais son palmarès comporte plusieurs courses de niveau mondial, notamment cette saison le Het Nieuwsblad, le GP E3 et Gand-Wevelgem.

« J'ai beaucoup souffert mais la victoire fait tout oublier. Stybar ne travaillait pas dans le final. J'ai eu un peu peur mais je me sentais fort sur la fin », a déclaré le Flamand qui a passé un cap en 2016 et sa victoire d'étape dans le Tour de France, prélude à un été euphorique (maillot jaune dans le Tour et succès dans la course olympique à Rio).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine