Retour

Grève dans les CPE : les négociations au point mort

Le ton durcit entre les parties syndicales et patronales dans le dossier de la grève générale illimitée des Centres de la petite enfance (CPE).

Depuis lundi, le dossier n'avance pas et aucune séance de négociation n'est prévue. Plusieurs mises en demeure ont aussi été envoyées au syndicat de la FSSS-CSN.

« Après cinq jours de grève, on va devoir faire appel aux parents, ça va devoir passer par les parents parce que la partie patronale, nos employeurs, n’ont aucune volonté de régler ce conflit-là. Je rappelle que nos C.A. sont composé au deux tiers de parents », explique la présidente du syndicat, Nathalie Duperré.

Du côté de l‘Association patronale des CPE, sa présidente, Aline Vaillancourt, invite les parents à questionner la partie syndicale. « Ben moi j'inviterais les parents à demander pourquoi le syndicat ne bouge pas de ses positions depuis un peu plus de six mois. Pourquoi le syndicat nous amène dans ce conflit? Pourquoi le syndicat ne change pas du tout sa position? »

Le syndicat invite maintenant les parents utilisateurs des CPE à s'impliquer dans le dossier afin de renforcer la pression sur la partie patronale.

Des séances d'informations seront d’ailleurs organisées par le syndicat dès lundi prochain à Chicoutimi, Alma et Saint-Félicien, pour présenter aux parents les grandes lignes des négociations.

Solidarité envers les éducatrices

Nathalie Bernard est une mère monoparentale de trois enfants. Comme plusieurs parents, la grève générale dans les 22 CPE de la région est pour elle, tout un casse-tête.

Malgré tout, elle a décidé de s'impliquer en organisant une marche en soutien aux travailleuses.

« On peut pas laisser la situation comme ça. Il faut que les garderies ouvrent le plus rapidement possible. Pour les enfants aussi, car les enfants sont un peu en otage là-dedans. C'est pour ça que j'ai décidé de former un petit groupe pour essayer de rassembler le plus de gens possible.

Près de 500 personnes ont rejoint le groupe Facebook créé pour cette marche qui aura lieu dimanche à Alma. Un mouvement appuyé par le syndicat, mais déploré par la partie patronale.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine