Retour

Guerre de mots entre Jean-Pierre Blackburn et Luc Boivin

La saga se poursuit au Parti des citoyens de Saguenay (PCS). Après avoir claqué la porte, l'ancien chef de la formation politique, Jean-Pierre Blackburn, s'en prend maintenant au conseiller municipal Luc Boivin.

Il lui reproche ses absences répétées aux réunions du PCS.

Le principal intéressé reconnaît ses absences, mais ajoute qu'elles étaient justifiées

« J'avais beaucoup de travail, j'étais en transition au niveau de l'acquisition de la fromagerie Lemaire. Je suis toujours un conseiller municipal et membre de l’exécutif », soutient Luc Boivin.

Jean-Pierre Blackburn accuse aussi Luc Boivin d'avoir fait de l'obstruction au sujet de l'établissement d'une bibliothèque dans l'église Saint-Édouard de La Baie

« Ça fait un mois que je suis retardé, soit parce que les candidats en cause ne peuvent pas être présents, soit parce qu'ils sont en désaccord avec le contenu », affirme l’ancien chef du PCS.

Luc Boivin réplique : « Ces annonces ne cadraient pas avec la capacité financière de la Ville de Saguenay ».

Il écorche aussi son ancien chef sur sa façon de travailler en équipe

« "C’est moi qui suis le chef. C’est moi qui dois décider pis vous autres, suivez." Je vous dirais que même Jean Tremblay ne fonctionnait pas comme ça. Quand t’es une équipe, tu dois consulter ton équipe. »

Repartir à zéro

À titre de candidat indépendant, Jean-Pierre Blackburn repart à zéro. Tout l'argent qu'il a amassé pour le Parti des citoyens demeure à cette organisation.

Il a jusqu'au 6 octobre pour déposer officiellement sa candidature et avec 400 appuis officiels.

Pour être en règle avec la loi, le Parti des citoyens de Saguenay doit avoir au minimum un chef intérimaire. Le parti est toujours à la recherche d'un chef permanent, qui devra déposer pour sa part 200 appuis.

Luc Boivin a déjà affirmé que le poste ne l'intéresse pas pour l'instant.

D'après le reportage de Louis Martineau

Plus d'articles

Commentaires