Retour

Hausse marquée des reprises financières au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le ralentissement économique observé au Saguenay-Lac-Saint-Jean a un impact sur le marché immobilier. Le nombre de reprises financières a bondi en 12 mois.

Un texte de Frédéric Tremblay et Vicky Boutin

Pendant les deux premiers trimestres de 2015, le Registre foncier du Québec rapporte que les dossiers de mauvaises créances ont augmenté entre 15 % et 30 % par rapport à la même période l'an dernier. Au total, 426 dossiers régionaux sont en traitement, autant ceux qui sont en défaut de paiement que ceux qui doivent carrément remettre les clefs de leur maison à la banque.

Les courtiers immobiliers de la région ont également observé cette recrudescence. Eva Gagnon, directrice chez Remax Énergie à Saguenay, affirme avoir traité au moins sept reprises de finance depuis le mois de janvier. Elle explique qu'à ses débuts en 2007, tout le bureau n'en traitait que trois ou quatre par année.

Endettement

Selon les experts consultés par Radio-Canada, le ralentissement économique, les pertes d'emplois et la faiblesse des taux d'intérêt ont contribué à la hausse du taux d'endettement de plusieurs ménages.

Contrairement à une croyance populaire, ces reprises de finance ne sont pas exclusivement observées dans les nouveaux quartiers. Eva Gagnon explique qu'il s'agit souvent de propriétaires qui ont fait l'acquisition de résidences plus vieilles et qui se sont lancés dans de grandes rénovations. Soudainement, ils manquent d'argent pour exécuter les travaux.

Les institutions financières demeurent discrètes sur la question des reprises de finances sous prétexte qu'il s'agit d'informations stratégiques. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Gaspésie et l'Outaouais sont les régions les plus touchées à la grandeur du Québec par les hausses de mauvaises créances.

Plus d'articles

Commentaires