Retour

Impossible pour les organismes de rester à l'église Saint-Nom-de-Jésus de Saguenay

Les organismes situés dans l'église Saint-Nom-de-Jésus dans le secteur Rivière-du-Moulin à Saguenay doivent se trouver un nouveau toit puisque le bâtiment ne répond plus aux normes de la Ville.

Un texte de Mélissa Savoie-Soulières

Les différents organismes doivent quitter avant le 31 juillet. Certains voient ce déménagement d’un bon œil, pour d’autres, c’est tout un casse-tête.

Les gestionnaires du Skate parc de l’Église espèrent que la Ville les laissera rester sur place ou les aidera à trouver un autre local.

« L'idéal, ce serait un nouveau bâtiment qui pourrait être situé dans le même secteur ici en bas de Rivière-du-Moulin parce qu'il n'y a pas grand-chose ici pour les jeunes », de dire l’un des fondateurs du parc intérieur, Étienne Boulanger.

Il a lancé une pétition pour garder ouvert son lieu de prédilection. Jeudi après-midi, plus de 5300 personnes avaient signé le document en ligne.

La pétition pour la survie de Skate parc de l’Église sera remise au cours des prochaines semaines à la Ville de Saguenay.

La Maison des jeunes aussi à la recherche d’un local

À l’intérieur de l’église, le parc de planches à roulettes est voisin de la Maison des jeunes, ce qui a créé une dynamique très intéressante au fil des ans.

La responsable Karine Bouchard ne veut pas perdre aucun des deux endroits, mais comprend qu'ils pourraient être séparés.

En ce moment, il est surtout insécurisant de ne pas avoir de local pour les jeunes à court terme.

« Nous autres c'est des intervenants en haut, donc là il se passait quelque chose en bas, il y avait beaucoup d'entraide. Il y avait aussi un lien, les jeunes venaient faire du skate ils remontaient en haut », explique Karine Bouchard, responsable de la Maison des jeunes Évasion et gestionnaire du Skate parc de l'Église.

Des besoins précis pour les organismes culturels

Plusieurs organismes culturels se trouvent aussi à l’intérieur de l’église Saint-Nom-de-Jésus, dont la Société d'Art lyrique du Royaume.

L’organisation a des besoins très précis. Il lui faut des plafonds très hauts, de grands espaces, des bureaux administratifs. Elle doit être capable de répéter, mais aussi de créer et d’entreposer.

Elle est très ouverte à l’idée de se retrouver avec les autres organismes qu’elle côtoie déjà. Elle voit même le déménagement positivement.

« On avait parlé [avec la Ville] de trouver un endroit temporaire pour environ deux ans pour ensuite nous relocaliser les cinq organismes culturels. Les mettre ensemble [...] ça crée du dynamisme », estime la directrice générale et de production de la Société d’art lyrique du Royaume, Aude Gauthier-Martel.

La Ville promet de trouver des locaux pour tous

Pour l'instant, aucun local n'a été trouvé. La Ville analyse les demandes et promet que tous et chacun vont trouver un autre lieu.

Le vice-président du comité exécutif affirme cependant qu’il n’est pas question de rénover et d'acheter l'église pour le moment.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards