Retour

Industrie forestière : Ottawa se lance dans la lutte contre la « désinformation » de Greenpeace

Ottawa part en guerre contre la campagne internationale menée par le groupe écologiste Greenpeace, qui dénonce les pratiques des entreprises forestières canadiennes.

L'annonce en a été faite vendredi, à Roberval, dans la circonscription de Denis Lebel, ministre de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales et de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.

Le plan en cinq points vise à coordonner les efforts des ministères et des ambassades canadiennes afin de contrer « la désinformation sur l'industrie forestière » propagée de par le monde par « certains groupes environnementalistes de pression », peut-on lire dans le communiqué du gouvernement.

En conférence de presse, Denis Lebel était accompagné du chef de la direction de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau, qui depuis plusieurs mois, dénonce la campagne menée par Greenpeace, qu'il rend responsable des déboires de l'entreprise qui a perdu plusieurs contrats à la suite de la suspension de sa certification environnementale du Forest Stewardship Counsil (FSC).

Ottawa produira de la documentation afin de défendre les pratiques de l'industrie en matière de récolte forestière, documentation qui sera mise à la disposition des ambassades où le personnel sera invité à soutenir les efforts de réhabilitation des entreprises canadiennes.

Les ministères impliqués, parmi lesquels on retrouve les Ressources naturelles, l'Environnement et le Commerce international, seront mis à contribution.

La question du caribou forestier, au cœur de la suspension de la certification environnementale, fera partie des points défendus par le gouvernement.

Denis Lebel s'est défendu de procéder à cette annonce attendue à quelques jours du déclenchement de la campagne électorale fédérale.

« Notre gouvernement conservateur ne restera pas les bras croisés lorsque l'industrie forestière canadienne est attaquée », affirme-t-il.

Plus d'articles

Commentaires