Retour

Inquiétudes entourant les terrains synthétiques

Les terrains synthétiques pour le soccer et le football sont-ils dangereux pour la santé? Un récent documentaire tente de démontrer que les granules de caoutchouc utilisées sur ces surfaces sportives contiennent des particules toxiques qui pourraient causer le cancer.

Saguenay possède trois terrains synthétiques sur son territoire. Les particules de caoutchouc qui composent leur surface reproduisent les conditions de jeu d'un terrain naturel. C'est l'exposition à ces granules qui serait dangereuse selon certains spécialistes.

Le président de la Commission des loisirs de Saguenay, Bernard Noël, se pose des questions. « C'est sûr que ça me préoccupe », affirme-t-il. Il explique que s'il y a vraiment des cas d'intoxication, des analyses plus poussées seront effectuées. À l'heure actuelle cependant, il signale qu'il n'y a rien d'alarmant.

Documentaire

Dans le documentaire Turf War, des journalistes du réseau ESPN s'interrogent sur les liens possibles entre une centaine de cas de cancers auprès de jeunes joueurs de soccer et la présence d'éléments toxiques dans les granules de pneus recyclées. Plusieurs scientifiques refusent cependant d'avancer de telles conclusions.

L'arbitre provincial Maxime Pépin, un habitué de ce type de terrains, est surpris par cette enquête. Il avoue qu'il se doutait que ce type d'éléments toxiques pouvaient s'avérer néfastes, mais pas à ce point. Il croit qu'il ne faut pas en faire un drame pour le moment.

L'État de la Californie a récemment financé une étude de trois ans pour évaluer les possibles dangers des granules de caoutchouc. Maxime Pépin rappelle que les nouvelles générations de terrains synthétiques diffèrent de ceux construits à la fin des années 90 et qu'ils contiennent moins de granules.

Le représentant de la Fédération québécoise de soccer refuse de commenter ce dossier en insistant sur le fait qu'il n'existe aucune étude scientifique sur la toxicité des terrains synthétiques. Toutefois, il remet en question le fait que les joueurs et entraîneurs de football, qui utilisent pourtant ces mêmes installations, n'ont pas été considérés dans ce documentaire.

D'après les informations de Frédéric Tremblay.

Plus d'articles

Commentaires