Retour

Intérim à la direction du PQ : Sylvain Gaudreault refuse de confirmer

Au lendemain de la démission du chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, les députés péquistes se préparent déjà à nommer un chef intérimaire, avant la course à la direction pour lui trouver un successeur.

Les députés de Jonquière et de Taschereau, Sylvain Gaudreault et Agnès Maltais, seraient sur les rangs pour diriger l'aile parlementaire du Parti québécois par intérim.

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo, Sylvain Gaudreault a toutefois refusé de confirmer son intérêt, disant qu'il est trop tôt pour le faire. « Très franchement, à ce stade-ci, je suis plutôt le genre à me dire allons-y étape par étape et la prochaine étape, dans les prochains jours, c'est de se choisir un chef intérimaire et pour ça, il faut qu'on ait la bonne personne à la bonne place au bon moment », a-t-il dit.

Sylvain Gaudreault a aussi rappelé que le choix du chef par intérim n'était pas une décision personnelle, mais qu'elle revenait au Parti.

Rapidement, toutefois, le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, a manifesté son appui à Sylvain Gaudreault sur les réseaux sociaux.

Le caucus du Parti québécois se réunit vendredi matin pour faire le choix du chef intérimaire.

Course à la direction

De son côté, le député de Lac-Saint-Jean n'accorde pas d'entrevue à la suite de la démission de Pierre Karl Péladeau. Son nom circule parmi les commentateurs de la scène politique comme candidat potentiel à la succession de M. Péladeau.

Pour sa part, le président du Parti québécois au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Sabin Gaudreault, appuie à la fois Sylvain Gaudreault pour assurer l'intérim et Alexandre Cloutier pour prendre la direction du Parti.

M. Gaudreault affirme que les deux députés ont la fougue et la jeunesse qu'il faut pour illustrer le renouveau nécessaire au sein du PQ.

Il rappelle qu'il a été dans l'organisation d'Alexandre Cloutier lors de la course à la direction, l'an dernier, et l'assure de son appui s'il se représente.

« Pour régénérer nos troupes, pour attirer les jeunes, on l'a vu dans cette course en 2015, il a été très présent et son équipe, qui l'appuyait dans la course, était composée majoritairement de jeunes, souligne-t-il. Avec Alexandre Cloutier qui est un très bon reflet de la jeunesse, nous allons aller chercher les jeunes auprès desquels il a beaucoup de crédibilité. »

L'appui populaire est aussi tangible. D'ailleurs, de nombreux commentaires sont publiés sur sa page Facebook pour l'inciter à être candidat. Il compte des appuis aussi dans sa circonscription.

« Je ne suis pas beaucoup la politique, mais Alexandre Cloutier, je trouve que c'est quelqu'un qui est dynamique, je l'ai croisé un peu et je trouve que ce serait un très bon parti pour remplacer Pierre Karl Péladeau », croit un citoyen d'Alma.

« J'avais voté pour lui la dernière fois parce que je suis membre, ajoute un autre homme rencontré sur la rue à Alma. Par contre, il va falloir qu'il fasse une réflexion sur sa vie familiale pour être sûr de son coup. »

Alexandre Cloutier avait terminé deuxième lors de la course à la succession de Pauline Marois, l'an dernier.

Plus d'articles

Commentaires