Retour

Intoxication au plomb : Rio Tinto touchée par une série de recommandations

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a émis une série de recommandations à la suite de la contamination d'un travailleur affecté au décapage d'équipement à la centrale de Chutes-à-Caron de Rio Tinto.

L'incident est survenu en février dernier. Le travailleur procédait à des travaux de décapage lorsqu’il a respiré des poussières fortement contaminées au plomb.

Le plomb se retrouvait dans la peinture, un additif couramment utilisé à une certaine époque.

Dans son rapport, l'enquêteur recommande de mieux prendre en compte le risque que la présence de plomb fait courir à ses travailleurs lors de travaux d'entretien.

La CNESST conseille de faire une analyse préalable du matériel, de créer un registre de présence des contaminants, de rédiger un code de procédure et de former les travailleurs affectés à ce type de travaux.

« Tout repose sur le fait que la présence de plomb n'avait pas été identifiée. Donc, cela amène une cascade d'éléments qui font qu'il y a eu une exposition. Quand on ne sait pas qu'il y a du plomb dans une substance, on ne prend pas les moyens pour former les travailleurs, on ne prend pas différents moyens pour contrer le danger. La base, c'est d'identifier la substance qui pouvait être nocive à la santé des travailleurs » , explique Swann Thibault, porte-parole de la CNESST.

Aucun blâme n'a été émis envers Rio Tinto. La multinationale va quand même suivre toutes les recommandations émises par la CNESST.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité