Retour

Jonquière : les emplois perdus dans la circonscription animent les candidats

Les quelque 300 emplois perdus à la suite de la fermeture des usines de Novelis et de Graphic Packaging, dans l'arrondissement de Jonquière, ont été au coeur du débat présenté à l'émission L'heure de pointe, d'ICI Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le candidat du Parti libéral, Marc Pettersen, affirme que le gouvernement fédéral aurait dû intervenir dès la vente des deux usines à des intérêts américains afin de les protéger.

« Quand ç'a été le temps de vendre la Potash au Manitoba, dit-il, le gouvernement fédéral s'est empressé de dire qu'il ne faut pas céder la potasse à des intérêts chinois, parce que ce sont des intérêts canadiens. »

La conservatrice Ursula Larouche en a ajouté en montrant du doigt l'inaction des députés sortants, le bloquiste Claude Patry et le néo-démocrate Dany Morin.

Le bureau des passeports et Services Canada

Mme Larouche accuse aussi Claude Patry d'être responsable de la perte du bureau des passeports dans l'arrondissement de Jonquière et du déménagement des bureaux de Services Canada vers l'arrondissement de Chicoutimi. Une affirmation qu'a tenu à réfuter Jean-François Caron.

Le représentant bloquiste, Jean-François Caron, et la candidate du Nouveau Parti démocratique, Karine Trudel, ont aussi profité du débat pour déplorer qu'une quarantaine d'emplois aient été cédés en sous-traitance au Centre de données fiscales de Jonquière.

Le registre des armes à feu

Au sujet de l'enregistrement des armes à feu, la conservatrice Ursula Larouche accuse le chef libéral Justin Trudeau de vouloir rouvrir le dossier en fournissant au Québec des données pour un nouveau registre, donnant lieu à un échange avec Marc Pettersen.

« Arrêtez de me parler des victimes de la Polytechnique, a répondu Mme Larouche. Ce sont des femmes, ça n'a rien à voir. »

Accusations de Marc Pettersen contre le NPD

Le candidat libéral a attendu la fin du débat pour accuser des militants du NPD d'envahir sa page Facebook dans le but de lui demander de se retirer de la campagne électorale et d'inciter les électeurs à voter pour Karine Trudel.

La candidate néo-démocrate a indiqué qu'elle n'était pas responsable des gens qui écrivent des commentaires sur les réseaux sociaux.

Quoi qu'il en soit, Marc Pettersen dit avoir porté plainte au directeur général des élections à ce sujet.

Plus d'articles

Commentaires