Retour

Jonquière-Médic dénonce certains effets pervers de la loi 20

Selon Jonquière-Médic, certaines dispositions de la Loi favorisant l'accès aux services de médecine de famille, connue sous le nom de la loi 20, mettent en conflit le service de médecins à domicile avec les groupes de médecine de famille (GMF).

Le problème se manifeste dans les dispositions de la loi qui exige que les GMF assurent la fidélisation de leurs patients, c'est-à-dire qu'ils assurent la majorité de la prestation de services médicaux sous peine de pénalité financière.

Ainsi, si un patient doit se rendre à l'urgence parce qu'il n'a pas accès à son médecin de famille, ce dernier peut voir sa rémunération réduite.

Pour Jonquière-Médic, cette disposition cause problème.

« Si moi je vois un patient d'un confrère médecin avec Jonquière-Médic, je me trouve donc à pénaliser mon confrère sur la fidélisation », estime le Dr Claude Gagnon, représentant des médecins du service médical à domicile.

Selon lui, Jonquière-Médic ne devrait pas être comptabilisé dans le calcul de la fidélisation. Des démarches en ce sens ont été entreprises auprès du ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Créé il y a 33 ans, Jonquière-Médic bénéficie du soutien de neuf médecins qui ensemble, assurent la prestation de services médicaux à domicile à raison de 60 heures par semaine, tout en reversant 15 % de leurs honoraires à l'organisme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine