Après avoir perdu les services de plusieurs médecins depuis deux ans, Jonquière-Médic a finalement du renfort. L'organisation de visite médicale à domicile vient de recruter un sixième omnipraticien.

Les deux dernières années ont été très difficiles pour les quelques médecins qui ont tenu le fort à bout de bras.

Jonquière-Médic, dont les mesures de recrutement commencent à porter fruit, espère également que cinq autres généralistes viendront gonfler leurs rangs d’ici l'automne.

Patrick De Moor, qui est en poste depuis un mois, explique avoir choisi Jonquière-Médic entre autres pour des questions d’efficacité.

« Je voulais diversifier ma pratique. Je voulais faire quelque chose qui était plus extérieur et qui permettait aussi de faire de la visite à domicile, donc c’est pour ça que j’ai joint les rangs de Jonquière-Médic. »

Il y a environ deux ans, Jonquière-Médic pouvait compter sur 13 médecins. Plus de la moitié d'entre-deux ont quitté à la suite de la réforme Barrette qui a réduit leur rémunération de 40 % en retirant la prime pour urgence à domicile.

Toutefois, le ministre a aussi éliminé la pénalité que les médecins devaient assumer s’ils ne rencontraient pas leurs objectifs en termes de nombre de visites.

Patrick De Moor rencontre environ 25 patients par jour.

La présidente de Jonquière-Médic, Louise Tremblay, souhaite aussi attirer les résidents en médecine de l'UQAC.

« C'est souvent nébuleux pour eux autres, ça fait un peu médecine de brousse. Ils ne savent pas trop comment ça fonctionne. Donc, s'ils font une journée avec la voiture, ils pourraient peut-être aimer ça », précise Mme Tremblay.

Si le recrutement fonctionne comme prévu, les responsables de Jonquière-Médic espèrent remettre une deuxième équipe sur la route d'ici la fin de l'année.

D'après le reportage de Gilles Munger

Plus d'articles