Retour

Jonquière Médic : Sylvain Gaudreault  met de la pression sur Québec

Le député de Jonquière et chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, est irrité par l'attitude du ministre de la Santé qui ferme la porte à toute entente spécifique pour les médecins de Jonquière Médic.

Un texte de Vicky Boutin

Les huit médecins souhaitent obtenir un statut particulier concernant leur rémunération pour les visites à domicile qu'ils font par l'entremise de l'organisme. En entrevue à l'émission L'heure de pointe, Sylvain Gaudreault n'a pas caché son agacement envers Gaétan Barrette.

Mercredi, le ministre de la Santé avait rappelé à la même émission que c'est la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) qui avait décidé de ne pas accorder de rémunération supplémentaire pour les visites à domicile de patients capables de se déplacer.

M. Gaudreault affirme que Gaétan Barrette agit de façon « irresponsable » en rejetant la faute sur la fédération, alors que le gouvernement est également un partenaire dans cette entente.

« Moi je trouve que c'est mal comprendre, et mal connaître le milieu », explique-t-il. Le député répète que le ministre de la Santé a toute l'autorité nécessaire pour permettre une dérogation pour les huit médecins qui oeuvrent auprès de Jonquière Médic.

Lundi, les administrateurs de Jonquière Médic ont sonné l'alarme, affirmant craindre pour la survie du service en raison de la nouvelle grille tarifaire en vigueur depuis le 1er juin. Selon les médecins de l'organisation, celle-ci leur fait perdre de 40 % à 60 % de leurs revenus lorsqu'ils voient des patients à la maison.

« Avec la nouvelle grille, ça fera en sorte que les médecins n'auront plus d'incitatif à aller à Jonquière Médic, mentionne Sylvain Gaudreault. Ils auront plutôt des incitatifs à rester en clinique. Déjà qu'ils donnent 15 % de leurs honoraires à Jonquière Médic, et bien ils vont perdre encore plus. »

Le député de Jonquière affirme que le premier ministre et député de Roberval, Philippe Couillard, devra se charger de ce dossier régional si le ministre de la Santé refuse de dénouer l'impasse.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine