Des travailleurs du CLSC de Chicoutimi-Nord sont retirés de leur lieu de travail, pour des raisons de sécurité.

Depuis septembre, les employés disent avoir développé des problèmes d'asthme et des maux de tête récurrents.

Le bâtiment où ils travaillent a été le théâtre de plusieurs infiltrations d'eau et de visiteurs indésirables.

Les investigations réalisées en avril dans une pièce du bâtiment ont révélé la présence d'urine et d'excréments de rongeurs dans les murs. Des tests d'air ont aussi confirmé des traces de moisissures.

« Il y avait une odeur qui persistait dans le CLSC. Le gestionnaire a fait appel aux personnes concernées de la direction qui elle, a fait faire des expertises. Ils ont découvert dans les murs ce qui semblerait être de la vermine », explique Nancy Michaud, vice-présidente régionale de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec.

Après le passage de Radio-Canada jeudi après-midi, les travailleurs ont finalement été retirés de leur milieu, pour une durée indéterminée.

« En fait, déjà des expertises ont été faites au cours de la semaine dernière et pour la semaine à venir, c'est certain qu'on va approfondir les analyses pour identifier la source du problème », souligne Karine Gagnon, porte-parole au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les employés déplorent avoir travaillé dans ces conditions qui ont mis à risque leur santé aussi longtemps. Ils étaient toutefois soulagés d'apprendre la fermeture du CLSC.

« Les gens étaient contents de savoir qu'au moins l'employeur prend soin d'eux autres », ajoute Nancy Michaud.

Le CIUSSS souhaite attendre les résultats des expertises avant de se prononcer sur la suite des choses.

Les employés seront quant à eux relocalisés au cours des prochains jours.

Plus d'articles