Retour

Justin Trudeau se rallie à la région pour soutenir l’industrie de l’aluminium

En tournée au Saguenay-Lac-Saint-Jean lundi, le premier ministre Justin Trudeau est venu rassurer les travailleurs et toute l'industrie de l'aluminium.

Un texte de Louis-René Ménard et Catherine Paradis

Après avoir participé en avant-midi à Saguenay à une table ronde sur l’industrie avec Rio Tinto, les syndicats et les équipementiers, Justin Trudeau a visité par la suite l’usine AP-60 du complexe Jonquière et a rencontré les travailleurs.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard était à ses côtés toute la journée pour partager les mêmes préoccupations.

Dans son discours, le chef du gouvernement canadien s’est dit conscient que la dernière semaine a suscité beaucoup d’inquiétudes chez les travailleurs et leurs familles des secteurs de l’aluminium et de l’acier au Canada. Rappelons que le président Donald Trump a finalement exempté temporairement le Canada des surtaxes sur les exportations touchant ces deux métaux.

Pression canadienne sur les États-Unis

Justin Trudeau a souligné que son gouvernement n’a ménagé aucun effort au cours des dernières semaines pour mettre de la pression tant sur la Maison-Blanche que sur les membres du Congrès américain, ajoutant que le travail va se poursuivre pour que le Canada soit exempté de façon permanente des surtaxes sur l’acier et l’aluminium.

Justin Trudeau a rappelé que les relations économiques et commerciales entre le Canada et les États-Unis sont interreliées. Il a aussi parlé de la profondeur des liens d’amitié et de la géographie.

Aux questions des journalistes, le premier ministre Trudeau a répété avoir dit au locataire de la Maison-Blanche qu’une surtaxe sur l’aluminium et l’acier canadien aurait des effets négatifs sur les États-Unis.

« Les conséquences vont impliquer des pertes d’emploi aux États-Unis, des prix plus hauts pour les consommateurs américains. D’imposer des barrières tarifaires entre nos pays sur ces deux produits va amener énormément de conséquences », a déclaré le premier ministre canadien.

Sur le rôle de la Chine dans les marchés de l’aluminium et de l’acier, Justin Trudeau a déclaré que son gouvernement est préoccupé par cette situation. C’est pour cette raison que le Canada impose des barrières importantes au métal chinois à bas prix.

« Ce que j’ai dit aux Américains, c’est qu’on va continuer de regarder avec eux comment on peut en faire encore plus. C’est un problème de surcapacité globale. On est très content de travailler avec nos alliés, nos amis pour continuer à contrer [le problème de surcapacité] ».

Pour sa part, le premier ministre du Québec a déclaré que la plupart des gouverneurs aux États-Unis sont en faveur d’un marché ouvert.

Philippe Couillard a dit aux travailleurs de Rio Tinto que son gouvernement garde le cap pour supporter l’industrie de l’aluminium.

Discours rassurant

Le premier ministre Trudeau a pris une heure pour échanger avec une vingtaine de représentants de l'industrie de l'aluminium, lundi matin. « Je suis très content d'être ici pour entendre vos préoccupations, vos pistes de solutions et vos suggestions sur comment travailller ensemble », a-t-il mentionné à l'ouverture de la rencontre conjointe avec le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

« Il serait difficile de refaire une industrie de production d'aluminium aux États-Unis, puisque l'élément fondamental des coûts en aluminium c’est l’énergie », a d'ailleurs renchéri M. Couillard.

Au terme de la réunion, des intervenants sont sortis rassurés.

« Le signal a été très clair que le support va être là et qu’ils vont y aller inconditionnellement », a conclu le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, même si le premier ministre Trudeau a rejeté son idée de se retirer des négociations de l'ALENA avec les États-Unis.

Certains équipementiers s'inquiètent tout de même des répercussions de l'accord renégocié, dans le contexte de la montée du protectionnisme américain.

En plus des dirigeants d'entreprises et de syndicats, les deux premiers ministres doivent rencontrer les travailleurs de l’usine AP60 de Rio Tinto, à Arvida, qui représente le plus grand complexe de production d'aluminium en Amérique du Nord.

Ce passage de Justin Trudeau s'inscrit dans une tournée qui le mènera en Ontario et en Saskatchewan au cours des prochains jours.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards