Retour

L’absentéisme en hausse dans les établissements de santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le milieu de la santé rate sa cible en matière d'absentéisme au travail. Selon les données obtenues par Radio-Canada, les taux d'assurance salaire dans la majorité des établissements de santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont bondi.

L’assurance salaire est versée en cas d’absence d’un employé pour cause de maladie. La cible du ministère est de 6,75 %. En réalité, elle varie plutôt de 4,75 % à 9,26 %.

Dans la plupart des établissements, le nombre de personnes qui s'absentent pour cause de maladie a même augmenté par rapport aux taux qui prévalaient un an avant la réforme Barrette.

Le portrait dans les établissements régionaux

En septembre dernier, le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Cléophas-Claveau enregistrait la hausse la plus forte, 60 %, et l'année financière n'est pas encore terminée.Au CSSS de Chicoutimi, qui détient le deuxième plus haut taux d'assurance salaire, elle était de près de 24 %.Seuls le CSSS Domaine-du-Roy et le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle ont connu une légère diminution.

Les syndicats lancent un cri d’alarmeLa présidente du Syndicat des professionnels en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS de Chicoutimi, Martine Côté, y voit une conséquence directe de la réforme Barrette.

On sent vraiment que ce sont des problèmes d'adaptation, des problèmes d'épuisement professionnel.

Martine Côté, présidente, Syndicat des professionnels en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS de Chicoutimi

« Oui, il y a 9,1 % d'absence, mais il faut s'occuper des 91 % qui restent pour ne pas qu'ils aillent rejoindre et gonfler les rangs des absences », explique-t-elle.Le CIUSSS mettrait beaucoup de pression sur les employés pour diminuer l’absentéisme au travail selon Nancy Poulin, porte-parole du Syndicat des techniciens et des professionnels de la santé et des services sociaux de la région. Elle rappelle que les temps sont durs avec les pertes d’emplois et les coupes budgétaires. « Soit on maintient les gens malades ou on les réintègre malades », mentionne-t-elle.

On connaît tous les conséquences que ça peut occasionner quand une personne revient et qu'elle n'est pas guérie complètement.

Nancy Poulin, porte-parole du Syndicat des techniciens et des professionnels de la santé et des services sociaux de la région

Le CIUSSS se défendLe directeur adjoint des ressources humaines au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Pierre Ouellet, estime plutôt que les causes sont nombreuses et complexes.

Selon lui, la loi 10 ne peut expliquer à elle seule l'absentéisme au travail.

Lorsqu'on parle d'absentéisme et d'assurance salaire, particulièrement, il ne faut jamais perdre de vue que la cause première de l'absence, c'est une raison qui est personnelle, qui n'est pas liée au travail.

Pierre Ouellet, directeur adjoint aux ressources humaines, CIUSSS

Le CIUSSS cherche d’ailleurs à mieux comprendre les causes de l'absentéisme dans ses établissements afin de développer différents outils pour atteindre la cible fixée par le ministère.

D'après le reportage de Mélissa Paradis.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards