Retour

L’aide fédérale aux producteurs de lait pimente la fin du caucus libéral

Le programme d'aide aux producteurs laitiers a volé la vedette, jeudi, à la toute fin du caucus des députés québécois du Parti libéral du Canada à Alma.

Un texte de Vicky Boutin

Ce programme d’aide financière vise à dédommager les agriculteurs pour les pertes liées à l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

Sept jours après son entrée en vigueur, plus 3000 requêtes ont été déposées pour avoir accès à ce fond de 250 millions de dollars, si bien que le nombre maximal de demandes a déjà été atteint.

Le gouvernement fédéral a donc bloqué précipitamment cette première phase du programme, une décision qui soulève de nombreuses critiques.

En point de presse, le président du caucus libéral, Rémi Massé, s’est montré rassurant. Une deuxième phase du programme sera ouverte l’an prochain.

Il a cependant précisé qu’aucune somme supplémentaire ne serait ajoutée.

Sévères critiques

Le député conservateur de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold, demande carrément au gouvernement de revoir le programme pour régler le problème.

Il rappelle que cet argent doit permettre aux producteurs de moderniser leurs fermes avant que les fromages européens ne se retrouvent sur les tablettes de ce côté-ci de l’Atlantique.

Michel Frigon, de l’Association régionale des producteurs de lait, estime que ce programme manque de sérieux.

Il est convaincu que les producteurs ne ressortiront pas gagnants de cette situation.

Autres dossiers abordés au caucus

Évidemment, l’annonce conjointe de Québec et Ottawa pour implanter l’Internet haute vitesse le long de la route 155 a aussi marqué cette dernière journée du caucus.

Les sujets du bois d’œuvre et de la taxe imposée par les Américains sur le papier surcalendré ont aussi été abordés. Le président du caucus a rappelé qu’il y avait déjà un programme d’aide disponible pour aider les usines à se moderniser.

Élection partielle dans Lac-Saint-Jean

Le candidat ou la candidate officielle du Parti libéral du Canada dans Lac-Saint-Jean n’est toujours pas connu, mais Rémi Massé est convaincu que sa formation politique a de bonnes chances de l’emporter lors de l’élection partielle.

« On souhaite que notre collègue Denis Lemieux ait un ou une collègue à Ottawa pour reprendre la session parlementaire », mentionne-t-il. Il rappelle que ce caucus à Alma a permis à son parti de se rapprocher encore davantage des citoyens de la région.

Plus d'articles

Commentaires