Retour

L’AQRP critique la réforme de la santé du ministre Gaétan Barrette

L'Association québécoise des retraités des secteurs publics et parapublics (AQRP) estime que la réforme du ministre Gaétan Barrette n'a pas permis d'améliorer les services de santé au Québec ni leur accessibilité, notamment pour les aînés.

L'AQRP effectue une tournée au Saguenay-Lac-Saint-Jean. L'Association croit que la réforme, amorcée il y a deux ans, a trop mis l'accent sur la centralisation et que les besoins des aînés ont été oubliés.

Selon l'AQRP, le Québec n'investit pas suffisamment dans les soins à domicile. Cette situation entraîne un engorgement des urgences par les aînés qui doivent aussi se tourner vers le privé.

« Le fait qu'il y a un désengagement de l'État par rapport aux soins à domicile, ça fait en sorte qu'on marchandise la vulnérabilité et la perte d'autonomie des aînés », souligne le président de l'AQRP, Donald Tremblay.

L'Association déplore aussi que la délégation aux pharmaciens de certains actes médicaux, comme le renouvellement d'ordonnances, ait entraîné des frais qui doivent maintenant être assumés par les clients des pharmacies.

« C'est un service qui a été désassuré quand il est fait par des pharmaciens, explique le vice-président de l'AQRP pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord, Ghislain Girard. À ce moment-là, il y a une partie des frais qui est assumée par le public. »

L'Association des retraités des secteurs publics et parapublics affirme aussi que la réforme Barrette est en train de démanteler en douce les CLSC, un organisme qui servait bien les aînés, pour transférer leurs ressources vers les groupes de médecine de famille qui ne peuvent pas encore répondre à tous les besoins d'une population vieillissante.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque