Retour

L’ENAM manifeste pour dénoncer son manque de financement

L'École nationale d'apprentissage par la marionnette (ENAM) a tenu une manifestation, jeudi matin, dans les bureaux du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un texte de Vicky Boutin

Des membres du conseil d'administration, du personnel d'autres organismes et des bénéficiaires de l'ENAM étaient sur place pour se faire entendre. La manifestation se voulait « positive et constructive », selon la direction.

En entrevue à Café Boulot Dodo, le responsable des communications, Réjean Arseneault, a expliqué que l'organisme souhaitait dénoncer le manque de financement et l'impact sur la clientèle. Pour M. Arsenault, c'est une véritable épée de Damoclès qui plane sur l'organisme.

Des bénéficiaires, comme Julie Ste-Marthe, ont expliqué ce que l'ENAM a fait pour eux au cours des dernières années. « J'essaie d'avoir des objectifs de remise à l'emploi mais présentement, j'ai peur de quitter le programme parce que si ça ne marche pas pis que je ne suis pas capable d'aller à l'école, je n'ai plus aucun support et aucune aide », raconte-t-elle.

Actuellement, 33 personnes bénéficient du programme d'intégration sociale de l'ENAM. Depuis 26 ans, l'organisme offre des activités liées au théâtre de marionnettes et aux arts en général.

Plus d'articles

Commentaires