Retour

L’Équipe du renouveau démocratique recevra 276 000 $ pour son cabinet

Le comité exécutif de la Ville de Saguenay a adopté une résolution, mardi, afin de verser un montant de 276 000 $ au procureur de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD).

Jeudi dernier, la Cour d'appel du Québec a maintenu la décision de la Cour supérieure qui ordonnait à Saguenay de rétablir le budget du cabinet politique de l'ERD, rétroactivement au 1er janvier 2015, alors que Saguenay en contestait le caractère exécutoire.

La Ville avait jusqu'au 23 juillet pour verser la somme prévue afin d'éviter un outrage au tribunal. « On est heureux de voir qu'on en est venu à un accord sur le montant, affirme la conseillère de l'ERD, Josée Néron. Maintenant, on va tout simplement se gouverner avec ce montant-là. »

Selon le conseiller Luc Boivin, le montant établi correspond au montant maximal prévu par la Loi sur les cités et villes. 

Lors de sa rencontre, le comité exécutif de Saguenay n'a tenu aucune discussion sur la possibilité pour le maire de reconstituer son propre cabinet. Jean Tremblay s'est d'ailleurs prononcé sur la résolution par téléphone, à partir de l'Europe.

Luc Boivin explique que le montant sera pris dans le budget de la direction générale. Il déplore que les deux conseillères du parti d'opposition obtiennent une telle somme, alors que les autres conseillers ne peuvent en profiter et qu'ils doivent faire des efforts budgétaires dans le contexte économique actuel.

« Sur une période d'un mandat, on parle de plus de 1 million de dollars qui pourrait aller à l'opposition pour faire strictement de la politique, souligne M. Boivin. On s'entend qu'un cabinet, ce n'est pas là pour rendre service au citoyen. C'est là pour faire de la politique, préparer les prochaines élections. »

De son côté, Josée Néron dénonce l'émission d'un chèque qui crée un trou dans le budget plutôt que le remboursement des dépenses de son parti au fur et à mesure. Elle y voit une nouvelle façon de lui faire porter l'odieux de cette dépense.

« Au lieu de nous reconnaître légitimement, on nous fait toujours passer pour une dépense inutile, dit-elle. C'est regrettable. Ça démontre jusqu'à quel point les gens au pouvoir à l'heure actuelle ne sont pas capables de vivre avec le choix d'une population. »

L'ERD promet de rendre des comptes à la trésorière de Saguenay. En attendant, le parti dit vouloir choisir ses batailles et abandonne l'idée de s'installer à l'hôtel de ville.

Plus d'articles

Commentaires