Retour

L'ex-présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay au coeur d'une enquête juricomptable

Les commissaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay veulent faire la lumière sur différents événements qui se sont produits en 2014 et qui sont liés à la présidente de l'époque, Liz S. Gagné. Cette dernière est candidate à la présidence de la commission scolaire dont le vote aura lieu ce dimanche, et se dit surprise de la position des commissaires.

Après plus de deux heures de discussions à huis clos, les commissaires scolaires ont adopté mardi soir une résolution qui demande la poursuite d'une enquête juricomptable pour élucider les circonstances entourant l'attribution d'un mandat de vérification comptable et « la mise en application incomplète des conclusions du rapport » du 19 août 2014.

Cette résolution a été adoptée après la présentation, par deux avocats de la firme Langlois Avocats, d'un rapport lié à une enquête juricomptable réalisé en avril et qui visait à répondre à différents questionnements soulevés lors d'une séance extraordinaire du conseil des commissaires le 3 avril dernier. Ces questionnements concernaient notamment l’acquisition de matériel informatique, la gestion des baux commerciaux et l’octroi de sommes d’argent à des organismes à but non lucratif, et avaient mené à la réaffectation d'un membre de la direction.

Dans leur rapport qui n'a pas été rendu public, le cabinet Langlois Avocats recommande notamment à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay de « s'assurer que tous les contrats conclus avec le Carrefour Environnement Saguenay respectent le cadre normatif ». Selon la résolution adoptée mardi soir, le rapport recommande également de « revoir, renégocier et bonifier les ententes entre la Commission scolaire et ses partenaires externes afin d'assurer une meilleure reddition de compte de la part de ceux-ci en regard des sommes qui leur sont versées annuellement par la commission scolaire ».

Cette résolution mandate d'ailleurs la directrice générale de la commission scolaire, Chantale Cyr, d'assurer la mise en application des recommandations. Cette dernière a indiqué que le membre de la direction qui avait été réaffecté au début du mois d'avril retournera à son poste et qu'aucune accusation n'est envisagée pour le moment. « Par rapport à ce qui reste à valider, je ne pourrais pas vous dire », a-t-elle ajouté.

Quant au fait que cette enquête soit annoncée à quelques jours de l'élection du prochain président de la commission scolaire, Chantale Cyr affirme que « ce n'est pas une question de contexte, c'est une question d'obligation à l'effet qu'il y a des correctifs à être apportés ».

De son côté, la présidente par intérim, France Gagné, « ne pense pas que ça va déranger ».

Jointe en fin de soirée, Liz S. Gagné s'est dite surprise de la résolution adoptée, mais la candidate à la présidence de la commission scolaire n'a pas souhaité commenter davantage l'initiative des commissaires.

Plus d'articles