Retour

L’UPAC mène des perquisitions à Saguenay

Des enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont investi, mercredi matin, l'hôtel de ville de Saguenay et les bureaux de Promotion Saguenay, l'organisme de développement économique et touristique de la Municipalité.

Plusieurs employés municipaux ont été priés de retourner à la maison. Les bureaux satellites de Promotion Saguenay, outre les locaux de la rue Racine, demeurent ouverts.

Selon le maire Jean Tremblay, interrogé à l'émission Café, boulot, Dodo, les enquêteurs sont à la recherche de documents concernant les voyages de certains conseillers municipaux à l'étranger. Ils n'ont pas voulu en divulguer davantage. Le maire de Saguenay est convaincu de ne pas être visé par cette visite. Il est tout de même étonné par ces derniers développements.

Selon nos informations, une vingtaine de personnes seront interrogées. Les agents de l'UPAC ont quitté l'hôtel de ville de Saguenay et les bureaux de Promotion Saguenay en fin d'après-midi.

Pas une surprise du côté de l'opposition

La chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, n'est pas étonnée de voir que l'UPAC mène des perquisitions à l'hôtel de ville et à Promotion Saguenay.

« Depuis le début de notre mandat, on a régulièrement souligné qu'il y avait des problèmes importants avec Promotion Saguenay, affirme la chef de l'ERD. Qu'on le veuille ou pas, c'est un organisme qui est opaque, qui est maintenu opaque par notre maire et M. Ghislain Harvey. On le décrie souvent autour de moi et je peux vous dire que depuis 2013, je le constate. Promotion Saguenay, c'est une ville dans la ville, mais sans la protection de la loi. »

Josée Néron croit que le maire Tremblay spécule quand il dit que les enquêteurs sont à la recherche de preuves concernant les voyages de l'ex-conseiller Fabien Hovington et du conseiller Bernard Noël.

Réactions prudentes

Radio-Canada a parlé au président-directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey. Il précise qu'il était en congé quand les enquêteurs de l'UPAC se sont présentés aux bureaux de l'organisme. Il affirme que la Ville n'a rien à se reprocher. Il ajoute aussi que la Ville et Promotion Saguenay ont un bilan d'honnêteté et de probité hors pair.

Joint au téléphone, le conseiller Bernard Noël a pour sa part indiqué qu'il n'avait pas de commentaire.

Quant à Fabien Hovington, il soutient qu'il n'est pas visé par les perquisitions et qu'il n'a pas été interrogé. Il ajoute qu'il n'a pas eu d'autres nouvelles du voyage effectué sur la Côte d'Azur pour le Festival forestier de Shipshaw depuis la Commission municipale du Québec.

Lors d'une mêlée de presse, le député de Jonquière et chef par intérim du Parti québécois Sylvain Gaudreault s'est montré prudent par rapport à la visite de l'UPAC.

« Je n'ai pas l'intention de commenter parce qu'il faut laisser l'UPAC faire son travail, indique-t-il. Je sais qu'il y avait déjà eu des interventions de l'UPAC à l'intérieur de l'hôtel de ville de Saguenay, maintenant je ne peux pas vous en dire plus. »

Voyages controversés

Rappelons qu'au cours des dernières années, deux conseillers municipaux de Saguenay ont été sur la sellette en raison de leur voyage à l'extérieur du pays. C'est à ces deux voyages que fait référence le maire Jean Tremblay.

Bernard Noël a plaidé coupable aux accusations déposées contre lui devant la Commission municipale du Québec en avril dernier. Il a admis avoir manqué à son code d'éthique en se rendant à Nice pour une étape du Tour de France, en 2013, aux frais de la Coupe des nations, un organisme sans but lucratif qu'il présidait à l'époque.

Un autre conseiller, Fabien Hovington, a lui aussi été sanctionné par la Commission municipale du Québec, en 2014. Il s'était rendu sur la Côte d'Azur, en 2012, pour le compte du Festival forestier de Shipshaw.

Plus d'articles

Commentaires