Retour

La carpe asiatique devrait rester loin du Saguenay, selon un biologiste de l’UQAC

Des barrières naturelles protègent le Saguenay et le lac Saint-Jean contre la carpe asiatique selon le biologiste Pascal Sirois, titulaire de la Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées.

La carpe asiatique est une espèce de poisson indésirable qui a fait son apparition dans le fleuve Saint-Laurent. Il y a quelques jours, des pêcheurs ont capturé des carpes de plus de 60 livres dans le fleuve. Leur prise a causé certaines inquiétudes.

Selon le biologiste Pascal Sirois, de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), il est déjà assuré que la carpe asiatique se retrouvera en grand nombre dans le fleuve au fil des prochaines années. Le poisson est déjà présent dans les Grands Lacs depuis une vingtaine d'années. En entrevue à Café boulot Dodo, M. Sirois a précisé cependant que la rivière Saguenay était protégée par les eaux salines entre Saint-Fulgence et Tadoussac, et par le fjord.

Il explique que la seule possibilité serait que le poisson soit amené dans les eaux régionales accidentellement par un humain.

M. Sirois mentionne que la carpe asiatique est problématique parce qu'il s'agit d'un poisson qui grossit très rapidement. Chaque spécimen peut peser jusqu'à 100 livres. « Ça peut manger jusqu'à un tiers de son poids en une journée », indique-t-il. Sa présence peut donc provoquer un changement important pour les autres organismes vivants autour.

Plus d'articles

Commentaires