La chasse au gros gibier a débuté à 6 heures, samedi matin, et déjà les centres de débitage sont débordés.

Les chasseurs ont abattu des dizaines d'orignaux en quelques heures seulement. Comme le cheptel est en croissance, les mâles, les femelles et les veaux peuvent être tués cette année.

Au centre de coupe Bruno Tremblay de Saint-Honoré, on a reçu de nombreuses carcasses.

« C'est le jus total à matin. Ça tue. On dirait qu'ils en ont semés des orignaux. Ça n'a pas de bon sens », mentionne en souriant le boucher Robert Racine, qui soutient que si les orignaux continuent d'arriver à ce rythme, il faudra sans doute en refuser.

Selon les données du ministère de la Faune, la chasse à l'orignal compte toujours plus d'adeptes. En 1996, 15 500 permis étaient vendus, alors qu'aujourd'hui on en dénombre 26 000.

Environ 16 % de ces détenteurs de permis vont réussir à abattre un orignal.

Plus d'articles

Commentaires