Retour

La Couronne demande une nouvelle enquête sur remise en liberté pour Yves Martin

Yves Martin, le chauffard accusé, entre autres, de conduite en état d'ébriété ayant causé la mort de Mathieu Perron, de Vanessa Viger et de leur fils de quatre ans, Patrick, lors d'un accident survenu dans le rang Saint-Paul le 1er août, est de retour au palais de justice de Chicoutimi, mercredi.

Son avocat, Jean-Marc Fradette, s'adresse à la Cour supérieure du Québec pour tenter de le faire libérer en attendant son procès.

Me Fradette affirme que le juge Michel Boudreault a commis une erreur en consultant directement l'enquêteur du Service de police de Saguenay avant d'ordonner sa détention. Le juge aurait demandé au policier si la ligne tracée sur la route dans le rang Saint-Paul était double ou pointillée, un détail qui n'était pas ressorti lors de l'enquête sur remise en liberté.

L'avocat d'Yves Martin ajoute que la direction des poursuites criminelles et pénales a admis l'illégalité de la décision du juge Boudreault, lors d'une audition devant le juge Raymond Pronovost tenue le 5 octobre.

Le dossier a été confié à un avocat de la Couronne de Québec, Justin Tremblay, parce que les représentants de la direction des poursuites criminelles et pénales du district judiciaire de Chicoutimi sont assignés comme témoin.

Me Tremblay demande une nouvelle enquête sur remise en liberté, même s'il maintient que la décision du juge Boudreault de garder Yves Martin en prison était justifiée. Il croit que l'information demandée au policier par le juge n'était pas de nature à modifier sa décision. Il affirme aussi que la libération de l'accusé sans nouvelle enquête sur remise en liberté représenterait un risque pour le public.

Nouvelle enquête injustifiée, selon la défense

De son côté, l'avocat de la défense soutient qu'une nouvelle enquête sur remise en liberté ne corrige pas l'erreur commise par le juge Boudreault et le fait que la direction des poursuites criminelles et pénales ait mis dix jours à admettre qu'elle était au courant de la démarche du juge.

Selon Jean-Marc Fradette, le seul correctif possible est de remettre Yves Martin en liberté sous les conditions proposées lors de la première enquête.

L'avocat d'Yves Martin demande également au juge Pronovost de prononcer une ordonnance de remboursement de ses honoraires pour les procédures qui se déroulent devant la Cour supérieure.

Le juge Raymond Pronovost va rendre sa décision au cours des prochains jours.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine