Retour

La démolition de l’église Notre-Dame-de-Fatima s’amorce à Jonquière

La démolition de l'église Notre-Dame-de-Fatima a commencé mardi dans l'arrondissement de Jonquière, mais malgré les efforts des démolisseurs, le bâtiment en forme de cône a résisté et il est toujours debout pour le moment.

Mardi matin, la rue Saint-Michel, en face de l’église, était bondée. L'émotion était palpable. Plusieurs fidèles étaient sur place pour assister à la démolition de leur lieu de culte. Certains se sont mariés dans cette église, d’autres y ont fait baptiser leurs enfants.

L’église a perdu son statut patrimonial il y a deux ans. Le bâtiment a été construit en 1962. Il est fermé au culte depuis 2004.

L’édifice a été acheté par Bernard Larouche. Il prévoit construire une douzaine de condos sur le site.

Le promoteur a obtenu le feu vert de la Ville pour démolir l’église après des années de démarches.

Plusieurs personnalités de Saguenay, dont le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, auraient souhaité que l’église soit conservée pour ses qualités architecturales et patrimoniales.

Oeuvre d'art

Par ailleurs, les vitraux de l'église Fatima, réalisés par l'artiste chicoutimien Jean-Guy Barbeau, ne seront pas épargnés par le pic du démolisseur. L'entrepreneur qui assure la démolition n'a pas eu la mission de conserver cette oeuvre de plexiglas de 25 mètres de hauteur. Les experts mandatés par le ministère de la Culture ont conclu qu'il était impossible techniquement de conserver l'oeuvre d'art dans son intégralité.

La veuve de l'artiste, Marcelle Barbeau, avait déjà confié au journal Le Progrès-Dimanche sa peine de voir détruite l'oeuvre de son mari.

Plus d'articles