Retour

La députée Mireille Jean s’inquiète de la survie du patrimoine bâti

La démolition de la maison Riverin sur la rue Montcalm à Chicoutimi pour faire un stationnement ouvre un débat autour du patrimoine bâti de la Ville de Saguenay.

Un texte de Roxanne Simard

La députée péquiste Mireille Jean et architecte de formation dénonce la démolition de la maison Riverin. Elle demande à la ville de mieux protéger l’architecture en instaurant une politique du patrimoine bâti ou en la mettant à jour s'il en existe une.

« Une politique du patrimoine bâti ça permet d’avoir une cohérence dans les choix. On ne peut pas continuer de faire du cas par cas. Un propriétaire qui veut faire quelque chose avec son immeuble il a le droit, mais il faut qu’une politique puisse encadrer comment on peut le faire », a-t-elle affirmée en entrevue à l'émission Y'a des matins.

De son côté, le conseiller municipal Simon-Olivier Côté confirme que la Ville a une liste de toutes les maisons ou bâtiments à valeur patrimoniale. Celle-ci regroupe plus 90 adresses, sans compter le quartier patrimonial d’Arvida.

Le conseiller concède que des bâtiments d’intérêt ne se trouvent pas dans la liste. Il précise que celle-ci a été réalisée il y a plusieurs années.

Simon-Olivier Côté a aussi tenu à clarifier le plan d’implantation et d’intégration architectural (PIIA) du centre-ville.

« Tous les bâtiments au centre-ville de Chicoutimi sont sous un PIIA, mais la maison Riverin ne l’était pas dans un plan à valeur patrimoniale. Nous n’avons retiré aucun statut à ce bâtiment-là parce qu’il n’en avait aucun. Si la maison avait eu un statut, c’est sûr que ce ne serait pas la même histoire. »

Simon-Olivier Côté, qui est aussi membre de la commission des services communautaires, de la vie de quartier et du développement social, n’écarte pas la possibilité de former un comité avec des historiens pour revoir la liste de bâtiments patrimoniaux à protéger.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards