Retour

La direction de Graphic Packaging rencontre les travailleurs

Deux jours après l'annonce de la fermeture de la cartonnerie Graphic Packaging dans l'arrondissement de Jonquière, les travailleurs ont toujours de la difficulté à croire ce qui leur arrive.

Ils ont rencontré la direction par petits groupes pendant toute la journée, mercredi, pour en savoir davantage sur leurs indemnités de départ, leur possible reclassement et leur fonds de retraite. La compagnie a annoncé la fermeture définitive de l'usine, lundi, entraînant la mise à pied de 140 travailleurs.

La déception et l'incompréhension se lisaient sur les visages des travailleurs.

Les cadres de l'usine de Jonquière ont offert aux employés des indemnités financières et la possibilité pour certains de se replacer dans d'autres usines. Des psychologues étaient aussi présents pour accompagner les travailleurs.

« On n'a pas envie de danser, reconnait Serge Tremblay. C'est ma troisième fermeture que je vis. J'ai fait plusieurs métiers, dont une dizaine d'années dans la sécurité. Dans l'immédiat, c'est pas mal vers ça que je vais me tourner, mais je vais quand même aller voir les perspectives d'emploi qu'ils vont nous offrir. »

Certains travailleurs croient que Graphic Packaging a voulu, en rachetant Cascades, s'approprier la technologie de carton recyclable destiné à la restauration rapide, le Respak. « On battait des records. Ils nous ont donné un petit bonus. Mais ç'a fini comme ça », déplore Robin Murray.

Des travailleurs devraient retourner à l'usine pendant trois semaines pour procéder à la fermeture des installations.

Rencontre souhaitée à Atlanta

Le président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et cartons de Jonquière, René Gélinas, appuie l'idée lancée par le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qui aimerait qu'une délégation se rende à Atlanta pour rencontrer les dirigeants de Graphic Packaging.

René Gélinas croit que cette démarche permettrait de faire la lumière sur les raisons réelles qui ont poussé l'entreprise à fermer définitivement ses installations de l'arrondissement de Jonquière.

Par ailleurs, la fermeture de l'usine de Graphic Packaging aura d'importantes répercussions pour les entreprises qui faisaient des affaires avec la compagnie.

C'est le cas, entre autres, de la Scierie Girard qui fournissait la cartonnerie en copeaux. La scierie avait fait d'importants investissements pour approvisionner l'usine.

La fermeture aura aussi des répercussions chez Transport Jules Savard, où 20 camions et 70 remorques étaient consacrés au transport des produits de carton fabriqués dans l'arrondissement de Jonquière.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 métiers vraiment étranges





Rabais de la semaine