La fermeture imminente de l'hebdomadaire Le Courrier du Saguenay désole plusieurs représentants politiques et intervenants du domaine des communications de la région.

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, blâme le gouvernement de Philippe Couillard de laisser les municipalités publier leurs avis publics sur leur site Internet plutôt que dans les journaux locaux.

« C’est sûr que la qualité et la diversité de l’information, je ramène ça au gouvernement qui a refusé nos amendements dans le projet de loi 122 pour faire en sorte qu’au moins, les municipalités maintiennent leur obligation de publier leurs avis publics dans les journaux », critique le député péquiste.

À l'ère du 2.0

Pour sa part, le professeur au programme d'Art et technologie des médias du Cégep de Jonquière, André Brassard-Aubin, estime que les médias numériques et les réseaux sociaux causent du tort aux petits médias.

En entrevue à L'heure de pointe, M. Brassard-Aubin a indiqué que des études avaient démontré l'efficacité de la publicité sur Facebook. Pourtant, cela a peu d'influence sur lui.

« C’est certain qu'on trouve ça déplorable. On est à l’ère du numérique et si on regarde La Presse+ qui a pris un pari il y a quelques années, plusieurs journaux s’en vont là-dessus », croit Carl Côté, le président de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord.

Un journal qui laisse un vide

Le conseiller municipal de l'arrondissement de Jonquière, responsable des arts et de la culture, Jonathan Tremblay, souligne l'importance de l'hebdomadaire.

« Le Courrier du Saguenay faisait un excellent travail de couverture. C’était un petit média régional qui était là pour les événements de la région », se désole-t-il.

L'avenir des travailleurs

Jeudi, les travailleurs des quatre hebdomadaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont rassemblés à Alma pour discuter de leur avenir.

Les trois journaux du Lac-Saint-Jean sont sur le point d'être vendus. TC Média a indiqué que la vente de ces publications était conditionnelle à la signature d'un nouveau contrat de travail.

« Pour toutes les parties, on essaie d’avoir le meilleur résultat possible. À l’heure actuelle, tous les scénarios sont sur la table. Notre but est de limiter les dégâts », a indiqué la présidente du Syndicat des Médias Transcontinental du Saguenay-Lac-Saint-Jean FNC/CSN, Cindy Girard.

D'après les informations de Gilles Munger

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine