Retour

La fièvre électorale dans Chicoutimi gagne l’Assemblée nationale

Les difficultés économiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont eu des échos à l'Assemblée nationale, mardi. Le chef du Parti québécois a reproché au premier ministre les nombreuses pertes d'emplois dans la région.

Un texte de Vicky BoutinTwitterCourriel

Cet échange a lieu en plein cœur de la campagne électorale dans Chicoutimi, qui doit mener au scrutin de l'élection partielle du 11 avril.

Pierre-Karl Péladeau a cité en exemple la fermeture de l'usine de Graphic Packaging, la fin des opérations de certaines machines à papier de Produits forestiers Résolu et les nombreux reports d'investissement dans le secteur de l'aluminium.

Selon M. Péladeau, il s'agit de la preuve que le bilan économique du Parti libéral est catastrophique dans la région.

« Alors pourquoi les citoyens de Chicoutimi feraient confiance au gouvernement du premier ministre qui n'a absolument rien apporté durant les deux dernières années où il était au pouvoir? » a-t-il demandé.

Couillard réplique

Le premier ministre Philippe Couillard a attribué cette attaque de Pierre-Karl Péladeau à une certaine nervosité devant la machine libérale à l'œuvre dans Chicoutimi.

M. Couillard a rappelé que la fluctuation du prix des matières premières mettait de la pression sur toutes les régions ressources et pas seulement sur le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il a de nouveau vanté les répercussions du Sommet économique qui a permis d'identifier les priorités régionales, et qui donne déjà des résultats selon lui.

« C'est la bonne façon d'envisager le développement régional », a mentionné le premier ministre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine