Retour

La mort d’un travailleur de Construction Projex est attribuable à une perte d’équilibre

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) n'a relevé aucun élément contrevenant à la réglementation lors de son enquête sur la mort d'un travailleur de l'entreprise Construction Projex survenue sur un chantier résidentiel d'Alma.

Le charpentier-menuisier réparait la toiture d'une résidence de la rue des Récollets, le 12 mai dernier. Il se trouvait sur un échafaudage mobile installé sur un patio de béton et coupait des bardeaux en s'appuyant sur la bordure du toit, puis les passait à un collègue qui se trouvait sur la toiture.

Il a perdu la vie après être tombé de l'échafaudage. Selon le rapport de la CNESST, le travailleur aurait perdu l'équilibre et s'est frappé la tête sur le patio en tombant.

Le charpentier-menuisier était conscient après l'accident et a été conduit à l'hôpital, où il est décédé.

Il se trouvait à 1,75 mètre du sol, alors que la réglementation prescrit des mesures de protection contre les chutes lorsque le travailleur se trouve à 3 mètres et plus.

La CNESST rappelle toutefois que des solutions peuvent tout de même être mises en place pour prévenir les chutes à moins de 3 mètres, comme installer un garde-corps ou utiliser une plateforme élévatrice.

Près de 700 chutes sont recensées chaque année sur les chantiers de construction du Québec. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on en a dénombré 22 en 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine