De Chicoutimi à Paris, un nouveau chapitre s'amorce dans l'histoire de la maison d'édition La Peuplade, fondée en 2006.

Un texte de Julie Larouche

L'entreprise saguenéenne élargit ses horizons et s'implante de l'autre côté de l'Atlantique.

Il y avait beaucoup de fierté dans le regard des éditeurs lors d'un entretien au quartier général de La Peuplade, situé sur la rue Racine à Chicoutimi. Et on peut les comprendre puisque c'est un parcours très rare pour une maison d'édition littéraire québécoise, le fruit de deux ans de travail.

« Avant, nos livres étaient diffusés seulement au Canada et parfois, on vendait des droits à des éditeurs parisiens. À partir de maintenant, les livres de La Peuplade vont être systématiquement publiés aussi en France et vont apparaître aussi sur les tables des librairies en Belgique, en Suisse. On a un grand diffuseur, le Centre de Diffusion de l'Édition, qui est avec nous. On est vraiment très contents », souligne le directeur général, Simon Philippe Turcot.

Ce nouveau départ ne passe pas inaperçu. L'équipe a publié jeudi matin une photographie sur sa page Facebook montrant un article paru dans le quotidien Le Monde.

Cette couverture médiatique marque la sortie en France du roman groenlandais de l'auteure Niviaq Korneliussen.

« L'idée c'est vraiment de placer le nom de La Peuplade, puis des premiers titres. Un travail vraiment indispensable. Il y a toute une équipe qui nous a déjà adoptés à Paris. C'est vraiment fascinant, mentionne la directrice littéraire Mylène Bouchard. Plusieurs grands médias vont en parler. Les livres ont déjà circulé entre les mains des libraires. On va voir ce que ça va donner pour le public, mais pour l'instant les échos sont très encourageants. »

Parallèlement à cette nouvelle aventure, ce sera le lancement jeudi de quatre livres des auteurs Gabriel Marcoux-Chabot, Laurance Ouellet Tremblay, Frédérick Lavoie et Mustapha Fahmi à la librairie Point de suspension à Saguenay

Plus d'articles