Retour

La recherche sur la forêt boréale désormais à l'UQAC

Le Centre de recherche sur la boréalie de l'Université du Québec à Chicoutimi hérite de toutes les connaissances développées par le Fonds de la recherche forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui a fermé ses livres après 13 ans d'existence.

Au fil des ans, le Fonds de la recherche forestière a financé 46 projets de recherche sur la forêt boréale, représentant un investissement de 10 millions de dollars.

« Grâce à ces études, nous avons découvert, entre autres, que la forêt boréale fermée est en régression naturelle constante et que la coupe en mosaïque est néfaste à la biodiversité de cette zone », a souligné Ursula Larouche, directrice générale du Fonds. « Les projets de recherche menés sur le caribou forestier ont contribué à l'élaboration de nouvelles approches de planification de la récolte. Le thé du Labrador a fait connaître ses propriétés antivieillissement, ce qui a permis à la grande maison de beauté Lise Watier d'en faire un de ses produits vedettes. Enfin, nos investissements ont permis de démontrer que certaines essences végétales boréales pourraient bientôt servir à la guérison de certaines maladies graves. Ce ne sont que quelques exemples », a-t-il ajouté.

Le Centre de recherche sur la boréalie entend continuer le travail du défunt fonds de la recherche forestière, en y ajoutant d'autres axes et de la recherche fondamentale. Le financement sera toutefois plus compliqué à trouver, puisque Québec ne finance plus la recherche sur la forêt, souligne Jean-François Boucher, professeur à l'UQAC.

La conférence de presse tenue jeudi après-midi à l'UQAC a aussi permis d'apprendre que le Consortium de recherche sur la forêt boréale commerciale, créé au début des années 1990, a été démantelé tout récemment.

Plus d'articles

Commentaires