Retour

La rivière Shipshaw atteindra son plus haut niveau depuis 1996

Saison exceptionnelle, mesures exceptionnelles : Hydro-Québec doit procéder samedi à des déversements dans la rivière Shipshaw pour délester son réservoir Pamouscachiou, dans les Monts-Valin. L'ouverture de la vanne sera progressive et devrait se terminer en fin d'après-midi samedi.

La rivière Shipshaw, qui compte plusieurs barrages de Produits forestiers Résolu, devrait ainisi atteindre son plus haut niveau depuis 1996. Le ministère de la sécurité civile se dit cependant davantage en mode préventif que sur un pied d'alerte. Aucun problème ne lui a été signalé jusqu'à présent.

D’ordinaire, la société d’État effectue ces déversements vers la Côte-Nord, mais les effluents sont déjà sollicités au maximum de leur capacité de ce côté, ce qui force l’utilisation de la rivière Shipshaw.

Les municipalités de Saguenay, Saint-David-de-Falardeau, Bégin et Saint-Ambroise feront l’objet d’une surveillance particulière pendant ces opérations, de même que le pont sur la 172 qui enjambe la rivière Shipshaw.

Des précipitations à prévoir

Selon ce que rapporte Rio Tinto, il est tombé 50 millimètres de pluie au cours des sept derniers jours sur le bassin hydrographique. Le Lac-Saint-Jean attend par ailleurs 30 autres millimètres dans les prochains jours.

Le niveau du lac Saint-Jean se situe actuellement à 15,24 pieds. La limite permise en automne est de 15,5 pieds.

Produits forestiers Résolu prend des mesures préventives

En prévision de ces déversements annoncés par Hydro-Québec, Produits forestiers Résolu (PFR) a déjà entrepris de réduire le niveau des réservoirs en amont de ses barrages dans le secteur, notamment ceux de Chute-aux-Galets et de Murdock-Wilson.

« En fait, on a commencé à partir d’hier [jeudi] », précise le directeur principal des affaires publiques de PFR, Karl Blackburn, qui prévoit que le point culminant de la crue devrait survenir lundi.

Il ne craint cependant pas que ces déversements causent des dégâts majeurs aux secteurs riverains. Il rappelle que depuis le déluge de 1996, des améliorations importantes ont été apportées aux ouvrages pour améliorer leur capacité d’évacuation.

Plus d'articles

Commentaires