Retour

La sécurité d’un chantier de démolition remise en question

Le chantier de démolition de l'ancienne maison des jeunes de Shipshaw soulève l'inquiétude chez des résidents du secteur.

Saguenay a confié le contrat de 25 000 $ à l'entreprise Transport Caron de l'arrondissement de Jonquière, en juillet dernier. L'entreprise a déposé une soumission de 4000 $ moins élevé que le plus proche concurrent.

La semaine dernière, des citoyens se sont plaints à la conseillère Julie Dufour de voir des camions sans identification commerciale emporter des matériaux. « Les gens du coin me disaient que depuis mercredi, les gens partaient avec des choses, le revêtement, des poubelles, les toilettes », raconte-t-elle.

« Ce que j'ai vu, c'est qu'ils sont venus défaire les fenêtres, les portes, ensuite de ça le bardeau qu'il y avait sur l'édifice », ajoute un voisin, Vincent Gauthier.

Le propriétaire de Transport Caron, Jasmin Caron, confirme être allé chercher les matériaux pour son camp de chasse de Ferland-et-Boilleau.

La sécurité déficiente est également dénoncée par des résidents. Personne n'a de casque de sécurité, le chauffeur de la pelle mécanique porte des espadrilles et aucune clôture ne bloque l'accès au site.

« Il n'y a rien qu'une manœuvre là parce que c'est lui qui s'occupait du chantier de construction, explique Jasmin Caron. Le gars de la pelle, il n'est pas rentré ce matin. Rendu à 9 h, 9 h 30, 10 h, il a dit je vais la démancher, ça prend une heure démancher ça. »

La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) a dépêché un inspecteur sur les lieux en après-midi. Il n'y avait aucune activité sur le site et un surveillant était sur place, ce qui répond aux normes. Toutefois, Transport Caron n'a jamais avisé la CSST du démarrage de ce chantier, ce qui contrevient à la loi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine