Retour

La Sûreté du Québec offre ses excuses à Sylvain Deschênes

Sylvain Deschênes, un homme de Saguenay faussement accusé de trafic de stupéfiants, a obtenu des excuses et un dédommagement de la Sûreté du Québec.

Un texte de Chantale Desbiens

M. Deschênes a été arrêté et accusé en lien avec le projet Insuline, en décembre 2012. Recherché par les policiers, il s'était présenté au palais de justice de Chicoutimi deux jours plus tard pour clamer son innocence. Il se disait victime d'une usurpation d'identité.

La preuve a d'ailleurs démontré qu'il n'était pas dans les villes où les policiers prétendaient qu'il se trouvait au moment des événements reprochés.

Après le retrait des accusations portées contre lui, Sylvain Deschênes a poursuivi la Sûreté du Québec pour un montant de 1,6 million de dollars. Une entente à l'amiable est intervenue et le montant du dédommagement est confidentiel.

La haute direction de la Sûreté du Québec a aussi fait parvenir une lettre à Sylvain Deschênes où elle reconnaît qu'il n'aurait pas dû faire l'objet d'accusations et dit comprendre les conséquences de son arrestation sur sa réputation.

Sylvain Deschênes demande maintenant la création d'un fonds d'aide pour les victimes d'erreur judiciaire, comme c'est le cas pour les victimes d'accident de la route. « Je considère que ce devrait être la même chose pour les erreurs judiciaires, dit-il. Il devrait y avoir un fonds et des automatismes pour s'excuser et pour fournir des compensations. Une réputation, c'est comme une allumette, ça brûle une seule fois, on en a seulement une. C'est sûr que ça va toujours rester entaché. »

M. Deschênes mentionne que les compensations financières qu'il a reçues n'ont pas suffi à payer ses avocats.

Sylvain Deschenes était militaire au moment de son arrestation. Les Forces canadiennes l'ont suspendu lors du dépôt des accusations criminelles. Il habite à la Barbade depuis un peu plus d'un an, où il travaille dans le domaine de l'informatique.

Plus d'articles