Retour

La tordeuse du bourgeon de l’épinette gagne du terrain 

L'industrie forestière s'inquiète de la progression de la tordeuse du bourgeon de l'épinette au Québec, alors que 3,4 millions d'hectares de forêts sont infestés.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 15 % de la forêt est touchée par l'insecte qui fait perdre de la valeur à la fibre.

« Dans le haut du lac, on a depuis trois, quatre ans fait beaucoup de coupe à blanc dans les plantations d'épinettes blanches pour reboiser, explique le président du Syndicat des producteurs de bois, Pierre-Maurice Gagnon. Au Saguenay, ça avait commencé raide en 2007-2008-2009. Ça avait arrêté puis là, c'est reparti. »

Les conséquences sont graves partout au Québec. Par exemple sur la Côte-Nord, Produits forestiers Résolu affirme devoir parfois jeter presque un arbre sur deux dans sa chaîne de production.

La situation occasion des coûts importants, selon le porte-parole de la compagnie, Karl Blackburn. « Spécifiquement sur la région de la Côte-Nord, c'est au-delà de 69 $ la tonne de papier fini. Ces coûts sont à différents niveaux », dit-il.

Le directeur général de la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies, Jean-Yves Arsenault, précise que malgré tous les efforts pour s'attaquer à la tordeuse du bourgeon de l'épinette, une épidémie dure normalement de 12 à 15 ans.

« L'insecte, c'est une dynamique naturelle, souligne-t-il. Elle revient à tous les 25 à 30 ans. Elle a atteint des superficies énormes lors de la dernière infestation, 35 millions d'hectares lors de la dernière épidémie. C'est un phénomène naturel. On met en place des programmes de récupération pour récupérer le bois. »

Certaines scieries ont accepté de signer des contrats stipulant qu'elles acceptent du bois atteint par la tordeuse des bourgeons d'épinette. Quant à Produits forestiers Résolu, elle paie selon la qualité de la fibre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine