Retour

Le Bloc québécois confiant de pouvoir ravir la circonscription de Lac-Saint-Jean

Alors qu'une course à l'investiture libérale s'annonce dans Lac-Saint-Jean en prévision de l'élections partielle, aucun autre parti n'a annoncé de candidat.

Le Bloc Québécois (BQ) notamment est toujours à la recherche d'une personne intéressée, mais déjà la chef s’affiche confiante.

« Je pense que le Bloc québécois a de très bonnes chances. C'est clair qu'il y a du travail à faire, le bloc part d'un peu loin, mais je pense que dans le contexte actuel, c'est un comté que le Bloc québécois peut gagner », assure Martine Ouellet.

Sabin Gaudreault passe son tour

L’ex-candidat du BQ aux élections de 2015, Sabin Gaudreault, confirme qu’il ne se représentera pas.

« Je suis jeune retraité, en grande forme. Je veux pleinement en profiter et je sais ce qu'implique une carrière politique ou une fonction d'élu dans un parlement, que ce soit à Québec ou à Ottawa, et je ne suis pas prêt à ça », soutient le président régional du Parti québécois et membre du Bloc québécois.

Martine Ouellet assure que plusieurs candidats potentiels se sont manifestés.

La présidente régionale du parti, Élise Gauthier, pense que le moment est bon pour un changement de garde au Lac-Saint-Jean.

« C'est non pas le parti conservateur qu'on élisait à l'époque, mais bien monsieur Lebel. Du fait que monsieur Lebel quitte, je pense que tous les autres partis ont leur chance de gagner », estime Mme Gauthier.

Encore six mois pour l’élection

Le Nouveau Parti démocratique et le Parti conservateur brillent aussi par leur absence dans la circonscription de Lac-Saint-Jean.

Même si Denis Lebel a annoncé son départ en juin, sa démission n’est officielle que depuis deux semaines.

Le gouvernent libéral a jusqu'en février prochain pour déclencher l'élection partielle.

D’après le reportage de Sarah Pedneault

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine