Retour

Le chef de police de Saguenay réagit aux critiques

Le directeur de la Sécurité publique de Saguenay, Denis Boucher, a réagi au sondage rendu public mardi qui démontre une crise de confiance entre les policiers de Saguenay et leur état-major.

Il indique avoir été surpris par les résultats lorsqu'il a pris connaissance du sondage, en mai dernier. Les chiffres montrent un taux de mécontentement de 75 % des policiers à l'égard de leurs officiers. Près de six policiers sur dix parlent d'un climat de travail difficile à Saguenay.

Denis Boucher assure être en contact avec le syndicat des policiers pour trouver des solutions aux problèmes soulevés.

Un comité paritaire formé de membres de l'état-major et du syndicat doit d'ailleurs se réunir à ce sujet. Le directeur du service avoue être un peu dépassé.

L'affaire Dany Harvey

Le chef de police est également revenu sur le dossier du policier Dany Harvey, acquitté en septembre des accusations de voies de fait sur un mineur qui pesaient contre lui. Une enquête disciplinaire est toujours en cours contre le policier. Elle a été confiée à la Sûreté du Québec. Denis Boucher a tenu à préciser que tout se déroulait selon les règles.

Denis Boucher répondait ainsi à l'avocat de Dany Harvey, Me Jean-Marc Fradette, qui demandait la démission du chef de police il y a quelques jours.

M. Boucher a aussi réitéré sa confiance envers le capitaine à l'éthique Marc Sénéchal. Il a d'ailleurs cité la décision du juge Paul Guimond, qui soulignait le professionnalisme et l'objectivité du capitaine dans l'affaire Dany Harvey. Ce dernier invoquait un conflit d'intérêts entre lui et Marc Sénéchal, à qui l'enquête avait été confiée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?