Retour

Le CIUSSS précise les coupes de 15 M$ et confirme des abolitions de postes

Au lendemain des rencontres avec les représentants syndicaux des employés du réseau de la santé régional, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean confirme l'abolition de l'équivalent d'au moins 127,6 postes à temps complet dans la foulée des coupes de près de 14,5 millions de dollars annoncés la semaine dernière.

Un texte de Chantale Desbiens

Le CIUSSS a publié sur son site Internet, mercredi, la liste des quelque 150 mesures d'optimisation prévues au budget 2016-2017. Les économies varient d'une dizaine de milliers de dollars à un million et demi.

La mise en place du projet Optilab, qui vise à regrouper les examens de laboratoire, se traduit par l'abolition de 43,2 postes équivalents temps complet, ce qui en fait le secteur le plus touché pour les emplois. Le CIUSSS prévoit réaliser des économies de 581 000 $ avec cette mesure.

Le CIUSSS espère également réduire ses dépenses de plus de 1 million $ par la mise en place d'un projet de chirurgie régionale. Entre 18 500 et 21 000 chirurgies sont réalisées en moyenne chaque année dans la région. Les services dans les salles de chirurgies des hôpitaux de Chicoutimi, Jonquière, Alma, Roberval et Dolbeau-Mistassini seront réorganisés et certains types de chirurgies pourraient être regroupés dans un seul endroit.

« Il faut en arriver à avoir des coûts qui sont similaires partout parce que notre financement va être axé là-dessus. Si notre chirurgie coûte 2000 $ plus cher par chirurgie, on va aller chercher où l'argent si on est financé juste à x montants et que nous on dépense 2000 $ de plus », demande la présidente-directrice générale du CIUSSS, Martine Couture?

Le projet de chirurgie régional représente une abolition de 10 postes.

Dans l'espoir d'économiser 1,5 million $, le CIUSSS prévoit harmoniser les processus de gestion de l'absentéisme excessif pour les employés qui s'absentent le plus. Ainsi, chaque cas d'absence prolongée ou fréquente sera évalué pour en déterminer les causes et tenter d'y trouver des solutions.  

Hausse des tarifs de stationnement

Parmi les autres mesures prévues par le CIUSSS, les utilisateurs des stationnements des hôpitaux verront la facture augmenter dans certains cas afin d'harmoniser la tarification. S'il y a peu de changement pour le stationnement de l'hôpital de Chicoutimi, le tarif de stationnement pour une période variant de 31 à 60 minutes à l'hôpital de Jonquière passe de 3,00 $ à 5,00 $. Les ajustements varient selon les périodes d'utilisation et les endroits.

Les employés des hôpitaux de Roberval, La Baie, Alma et Dolbeau-Mistassini devront également payer plus cher pour les stationnements.

Les mesures ciblées par le CIUSSS sont aussi variées que la réduction du nombre d'heures de service pour les soins spirituels à l'hôpital de Chicoutimi, l'harmonisation de l'utilisation des pansements coûteux, la diminution des coûts des médicaments, l'abolition de postes d'organisateurs communautaires ou le non-remplacement d'employés en retraite progressive.

Critiques syndicales

Les représentants syndicaux affirment que les nouvelles coupes vont réduire la qualité des services offerts à la population.

La porte-parole régionale de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Martine Côté, déplore que les mesures d'économies aient été décidées sans consulter le personnel sur le terrain.

De son côté, la représentante de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS), Lynn Brie, s'est inquiétée pour la traçabilité des échantillons qui seront transportés vers le laboratoire de l'hôpital de Chicoutimi, où les services seront centralisés dans le cadre du projet Optilab.

Elle mentionne que toutes les mesures auront un impact. « Ça touche la qualité des services, ça touche l'autonomie professionnelle, les conditions d'exercice, la qualité des services qui sont offerts, déplore Mme Brie. Les gens souhaitent offrir une bonne qualité de service, donc c'est très préoccupant parce que quand tu es une équipe de trois intervenants et qu'il y a un demi-poste qui part ou un poste, la charge de travail est redistribuée à deux personnes. »

Les représentants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont rencontré les dirigeants du CIUSSS mercredi après-midi.

« Forcément il va y avoir des impacts importants, mais 150 mesures saupoudrées, quand on va faire l'interrelation de ces mesures-là, c'est là qu'on va être capable de dégager tous les impacts, croit la porte-parole régionale de la FSSS-CSN, Nancy Poulin. Mais c'est quand même majeur. Juste la tarification pour les travailleurs et les usagers, ils viennent chercher des sous dans les poches des gens. À la fois les travailleurs on va être appelés à payer davantage et en plus, il y a certains soins de santé qu'on va devoir payer. »

Aide médicale à mourir

Par ailleurs, depuis l'adoption de la loi 2 sur les soins de fin de vie, une seule personne a fait la demande d'aide médicale à mourir au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en a bénéficié au cours des six derniers mois. Quatre personnes ont aussi bénéficié de sédation palliative.

Le CIUSSS doit faire un rapport de l'état de la situation deux fois par année durant les deux premières années suivant l'entrée en vigueur de la loi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine