Retour

Le Collège d’Alma craint les effets de l’abolition du service de police de Mashteuiatsh

La décision du conseil de bande de Mashteuiatsh d'abolir son service de police autochtone pourrait avoir des conséquences négatives pour le Collège d'Alma, qui offre un programme de formation spécial pour les policiers autochtones.

La communauté innue affirme qu'elle n'a plus les moyens financiers de maintenir son service, après y avoir engouffré un déficit de plus de 2 millions de dollars.

La direction de la formation continue du Collège d'Alma, Patrick Girard, craint que d'autres communautés autochtones décident de se débarrasser de leur service de police.

L'attestation détenue par l'établissement d'enseignement pour la formation des policiers autochtone a permis depuis 18 ans de former 200 agents provenant d'une quarantaine de réserves. Patrick Girard, rappelle que 44 communautés autochtones au Québec ont un service de police.

« C'est une communauté, mais c'est une communauté importante qui est près de nous aussi, c'est une communauté innue, souligne-t-il. On a beaucoup de communautés innues qui sont desservies dans nos clientèles. C'est une menace. »

Le ministre de la Sécurité publique par intérim, Pierre Moreau, va entreprendre des discussions avec Mashteuiatsh et le gouvernement fédéral pour renouveler l'entente de financement du corps policier autochtone d'ici le 31 mars prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine