Retour

Le coroner conclut à une mort accidentelle violente à l’ancienne cartonnerie de Jonquière

L'enquête du coroner sur la mort de Guy Perron révèle que l'homme de 55 ans a perdu la vie accidentellement après une chute de cinq mètres.

Un texte de Catherine Paradis

L’homme est mort le 27 février 2017 alors qu’il circulait dans l’usine désaffectée de Graphic Packaging dans l’arrondissement de Jonquière.

Guy Perron était allé récupérer des morceaux de ferraille avec deux autres personnes quand il est tombé dans un trou de deux mètres de diamètre.

« Il connaissait bien les lieux, mais il ne portait pas de lampe frontale malgré une obscurité omniprésente à l’intérieur, même le jour. Devant ces faits, il est évident que ce décès est de nature accidentelle », écrit Jean-Marc Picard dans son rapport.

Selon le coroner, Guy Perron était employé par la compagnie propriétaire des lieux, le Groupe Bayshore, pour surveiller les machines et déneiger le site de l'usine désaffectée. Me Picard pense que M. Perron s'est rendu à l'intérieur de l'usine avec l'aval de l'entreprise.

« Depuis quelque temps, M. Guy Perron avait de la difficulté à se faire payer. Un texto avec un responsable du site, trouvé sur son cellulaire, démontre qu’il devait se payer avec du "stock" », écrit le coroner.

Après l'accident, le Groupe Bayshore avait pourtant affirmé que Guy Perron n'était pas son employé, ce qu'avait corroboré la Commission des normes, de l’équité, de la santé et sécurité au travail (CNESST), dans un rapport d'enquête.

Enquête CNESST

Les constats du coroner font par ailleurs écho aux conclusions de la CNESST.

Cette enquête avait conclu, en août dernier, que l’accès non sécuritaire et le manque d’éclairage ont contribué au décès de Guy Perron, qui n’a pas vu le trou béant dans le plancher avant de tomber.

Plus d'articles