Retour

Le débat sur le registre des armes à feu rattrape Francyne T. Gobeil

Le controversé dossier du registre québécois des armes à feu a rapidement rattrapé la candidate libérale dans Chicoutimi, Francyne T. Gobeil. Ses adversaires n'ont pas hésité à la montrer du doigt.

Le projet de loi sur l'immatriculation des armes à feu au Québec sera bientôt débattu en commission parlementaire.

Dans une entrevue accordée au Huffington Post, Mme Gobeil laisse entendre qu'elle pourrait voter contre celui-ci. Elle a indiqué être « ni pour ni contre » et vouloir se plier à la volonté des électeurs. Son chef Philippe Couillard a dû rapidement rectifier le tir, en spécifiant que ses députés devront tous obligatoirement voter pour ce registre.

La principale intéressée a précisé sa pensée après la rectification du chef libéral. Elle prétend avoir été mal comprise par le journaliste du Huffington Post.

Francyne T. Gobeil affirme que trois éléments sont particulièrement importants à ses yeux dans ce projet de loi, soit l'idée de sauver des vies, qu'il coûte le moins cher possible, et que ce ne soit pas trop compliqué pour les chasseurs.

Cercle de presse

Le sujet a été abordé lors du Cercle de presse du Saguenay, mercredi matin.

Pour l'historienne Russel Aurore Bouchard, il est clair que la candidate libérale va plier sous les exigences de son parti.

Pour Mme Bouchard, ce projet de loi est une aberration. Plusieurs chasseurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean martèlent la même position depuis quelques semaines. 

« Il [le premier ministre] ne respecte pas les régions ressources, mentionne-t-elle. Nous avons une personnalité, nous avons une approche avec les armes à feu. »

33 groupes seront entendus lors de la commission parlementaire, dont huit formés de policiers.

D'après le reportage de Véronique Dubé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine