Retour

Le juge Michel Boudreault réprimandé par le Conseil de la magistrature

Le Conseil de la magistrature du Québec réprimande le juge Michel Boudreault dans le dossier de l'enquête sur la remise en liberté d'Yves Martin.

Une plainte avait été déposée par l'accusé et sa sœur, qui affirmaient qu'Yves Martin n'avait pas eu droit à la présomption d'innocence et que le juge avait fait preuve de partialité en faisant une enquête parallèle.

Michel Boudreault avait demandé une information à un policier sur le marquage de la chaussée du rang Saint-Paul, où s'est produit l'accident qui a causé la mort de trois membres d'une même famille, le 1er août 2015.

Lors de son audition devant le Conseil de la magistrature, Michel Boudreault a exprimé son regret par rapport aux événements.

Dans la décision rendue le 24 août dernier, le Conseil de la magistrature estime que l'information demandée n'a pas eu d'incidence sur la décision du juge Boudreault de maintenir Yves Martin en détention.

Le Conseil affirme que le juge a enfreint les règles de dignité et d'honneur, le devoir de remplir ses tâches, ainsi que le devoir d'impartialité et d'objectivité du Code de déontologie de la magistrature.

Bonne décision, selon l'avocat d'Yves Martin

L'avocat d'Yves Martin, Jean-Marc Fradette, se dit satisfait de la réprimande adressée par le Conseil de la magistrature au juge Michel Boudreault. Il estime que le Conseil a rendu la bonne décision.

« La décision éclaircie que les plaignants avaient raison relativement au comportement du juge Boudreault maintenant quant à la réprimande qui est imposée, c'est clair que ça ne méritait pas une destitution quand même, il faut être objectifs, dit-il. Je pense que la réprimande dans les circonstances était suffisante pour signifier que ce sont des gestes qui ne doivent pas se faire. Je pense que c'est une bonne leçon. »

Plus d'articles

Commentaires