Retour

Le Mois de l’histoire des Noirs souligné au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les administrateurs de l'Association africaine du Saguenay-Lac-Saint-Jean étaient les invités du Cercle de presse, mercredi, à l'occasion du Mois de l'histoire des Noirs.

Ce mois thématique a été créé à l'origine aux États-Unis, mais sa portée s'est étendue depuis. C'est l'occasion de souligner la contribution sociale et économique des Noirs et de parler d'intégration et de cohabitation.

Ces sujets sont devenus lourds de sens depuis l'attaque du 29 janvier à Québec, qui a aussi été à l'origine d'un élan de solidarité envers les musulmans et tous ceux qui peuvent être perçus comme différents.

« Il ne faut pas confondre l’inquiétude de la différence, du fait de la méconnaissance de l’autre, avec des tendances raciales. Ce n’est pas à confondre du tout », explique Mezimes Soboth Christian, le président de l'Association régionale africaine.

Cette solidarité s'est aussi traduite par des discours politiques appréciés par le professeur Khadiyatoulah Fall de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Selon lui, il faut maintenant dépasser le discours et donner suite à ce qui a été promis.

« Il faut passer du vivre-ensemble, qui est devenu un slogan banal, à l’agir ensemble, poser des gestes ensemble et réussir ensemble », mentionne-t-il.

L’importance de l’emploi

Selon Mezimes Soboth Christian, cela passe par un élément central à toute intégration réussie : l'emploi.

« Il faut éduquer, mais il faut davantage créer le cadre de la rencontre. Le cadre de la rencontre qui est valorisant pour tous, c’est le travail, qui est une problématique réelle. Il faut qu’on lève les hypocrisies », déclare-t-il.

Une idée qui passe par une reconnaissance des compétences professionnelles et des diplômes.

D'après le reportage de Denis Lapierre.

Plus d'articles